Les époux Jacob remis en liberté — Affaire Grégory

21 Juin, 2017, 00:35 | Auteur: Lynn Cook
  • L'avocat de Marcel Jacob Me Stéphane Giuranna le 19 juin 2017 à Dijon

Une décision attendue. Ce mardi, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon va statuer sur le maintien ou non en détention de Marcel et Jacqueline Jacob, mis en examen la semaine dernière dans l'affaire du petit Grégory.

Les deux époux ne retourneront pas chez eux dans les Vosges, mais seront placés dans deux logements différents à des adresses tenues secrètes dans le cadre de leur contrôle judiciaire. Ils restent mis en examen "pour enlèvement de mineur suivi de la mort de l'enfant" et ont été placés sous contrôle judiciaire par la chambre de l'instruction de Dijon. "Reuters" and the Reuters Logo are trademarks of Thomson Reuters and its affiliated companies.

L'avocat de Jean-Marie et Christine Villemin, lui, qui déclarait au sortir de l'audience vers 12h30: "Il existe des éléments troublants, concordants dans ce dossier".

DÉCRYPTAGE Pourquoi "l'affaire Grégory" fascine-t-elle tant? Or, selon elle, "il y a un élément qui associe ces actes, ces lettres, les appels téléphoniques, l'acte d'enlèvement et la mort de l'enfant", plusieurs personnes ayant concouru à la réalisation du crime. Le parquet général s'appuie aussi sur l'absence d'alibis "confirmés ou étayés", ce que conteste encore l'avocat pour qui son client était au travail sur toute la durée des faits.

Depuis une semaine, de vieilles plaies semblent se rouvrir dans la famille.

Samedi dans une interview à L'Est Républicain, Valérie, fille de Marcel et Jacqueline Jacob qui a depuis longtemps "coupé les ponts avec eux", n'a pas exclu la culpabilité de ses parents. En perquisitionnant leur domicile, les enquêteurs ont trouvé un procès-verbal d'une réunion syndicale qui prouverait que Marcel Jacob était bien au travail, le jour des faits, entre 14h et 17h.

Recommande: