Emmanuel Macron remporte largement son pari — Législatives

21 Juin, 2017, 00:47 | Auteur: Lynn Cook
  • Le scrutin est d’importance car le nouveau président Emmanuel Macron a besoin d’une majorité au parlement pour pouvoir gouverner. La barre est à 289 sièges

La dynamique créée par Emmanuel Macron lors de la présidentielle s'est confirmée dimanche soir, au premier tour des législatives: La République en marche recueille plus de 30 % des voix, selon les instituts de sondage. Et, là aussi, c'est un record: 245 femmes sont arrivées en tête dans leur circonscription au premier tour ce 11 juin, dont 187 sous la bannière La République en marche. Pour Christophe Castaner, "les Français, ce soir, par leur vote, ont montré massivement leur volonté d'aller vite sur les sujets majeurs". Se gardant de triomphalisme, l'Elysée ne fera pas non plus "de commentaire".

Le PS, qui contrôlait la moitié de l'Assemblée sortante, s'effondrerait autour de 15 à 40 sièges, soit encore moins que les 57 de la débâcle de 1993. Les ténors du parti ne sont pas épargnés: Jean-Christophe Cambadélis, Benoît Hamon, Emmanuelle Cosse, Cécile Duflot, Elisabeth Guigou ou Matthias Fekl sont tous éliminés dès le premier tour.

Le parti centriste du président français Emmanuel Macron se dirige vers une écrasante majorité à l'Assemblée, un atout décisif pour la mise en œuvre de réformes économiques et sociales délicates, très attendues par ses partenaires européens. Pour gouverner, le parti présidentiel devrait donc former une coalition avec un ou deux autres partis représentés.

Contrairement aux partis d'opposition qui voient dans l'abstention l'expression d'un rejet vis à vis de la politique, les proches du président interprètent le score du premier tour comme un message de soutien au programme que souhaite mettre en œuvre le jeune président de la République.

Le parti d'extrême droite recule traditionnellement entre le premier tour de l'élection présidentielle et celui des législatives.

Pour le FN, c'est "une déception", a reconnu son vice-président Florian Philippot. "Ce taux d'abstention catastrophique doit poser la question du mode de scrutin qui écarte des millions de nos compatriotes des urnes d'abord, et d'une représentation digne de ce nom", a-t-elle déclaré.

Le chef de file de La France insoumise (FI, gauche), Jean-Luc Mélenchon, a appelé dimanche ses électeurs à ne pas donner à Emmanuel Macon "les pleins pouvoirs et donc à se mobiliser pour le 2e tour". Mais "la division des forces de gauche se paie très cher", regrette le dirigeant communiste Pierre Laurent, critiquant le refus d'alliance de Jean-Luc Mélenchon, qui avait réuni plus de 19% des voix au 1er tour de la présidentielle. Pour la 9 circonscription des Français de l'étranger dont font partie les résidents Français du Maghreb et d'Afrique de l'Ouest dont le Maroc, deux candidats se sont qualifiés au coude à coude, Leila Aïchi (20,28 %) et M'jid El Guerrab (18,90 %), alors que seuls 14 % des 100 000 inscrits ont voté.

D'après les chiffres donnés par le ministère de l'intérieur, le taux d'abstention à cette élection législative s'élève à 51,29%, c'est-à-dire historiquement le plus bas depuis l'institution de la Vème République.

"Cette abstention record est le signe d'une immense fatigue démocratique", a souligné le premier secrétaire du PS. "Le brouillage intentionnel des clivages et la promesse appuyée de renouvellement n'ont pas pu endiguer ce désengagement civique aggravé". En revanche, il peut espérer battre le record de sièges pour un seul parti, détenu par l'UMP en 2002 (365 sièges).

Recommande: