Deux mises en examen et un début d'explication — Affaire Grégory

21 Juin, 2017, 01:28 | Auteur: Ruben Ruiz

Marcel et Jacqueline Jacob étaient très proches de Bernard Laroche.

Le procureur Jean-Jacques Bosc a également justifié la double mise en examen par l'inimitié qu'entretenait le couple avec les parents de Grégory, élément bien connu du dossier.

Jacob, 71 ans, a été placé en détention provisoire, comme l'a été un peu plus tôt dans l'après-midi sa femme Jacqueline, 72 ans, poursuivie pour les mêmes chefs.

"A l'évidence Grégory a été enlevé du domicile de ses parents et retenu un certain temps jusqu'à sa mort", a déclaré le magistrat lors d'une conférence de presse, ajoutant que les personnes qui ont participé à cet enlèvement "sont les auteurs du crime".

- Sur les trois lettres de 1983, l'une d'entre elles "au moins", aurait été écrite par Jacqueline Jacob.

Les rebondissements se poursuivent dans l'affaire du petit Grégory.

Un même lien terminologique peut, selon lui, être établi avec les très nombreux appels anonymes du "corbeau" - qui savèrera être double, un homme et une femme - qui harcelait et menaçait des membres de la famille Villemin. Il y a entre autre, un débat sur l'alibi des époux le jour de la mort: ils ne présenteraient pas, en l'état, d'alibi qui soit confirmé. Revenue sur ses déclarations trois jours plus tard, accusant les gendarmes de les avoir recueillies sous la pression, cette adolescente à la crinière rousse s'est depuis retranchée dans un silence pesant.

Ils ont aussi retrouvé des "notes" dans lesquelles Marcel Jacob dit ne pas être le meurtrier. Cette information n'a pas été confirmée par le procureur.

Bernard Laroche revient au centre de l'affaire Grégory. "Ces mises en examen sur des bouts de papier, ça m'agace", dit-il. C'est une information qui avait déjà été donnée jeudi, le procureur parlant alors de preuve "confondante, " issue, on le sait pour celle-ci, des nouvelles expertises graphologiques. Il vient seulement de réaliser qu'il n'était pas dans un cauchemar.

Si la mise en examen de Jacqueline et Marcel Villemin semble lever certains doutes sur l'enquête, il n'en est rien. Les avocats des deux personnes incriminées ont eu beau jeu de souligner la faiblesse des "nouveaux " éléments évoqués par le procureur de Dijon. "Je lui ai conseillé de garder le silence pour éviter tout dérapage".

L'enquête démontre les relations délétères qu'entretenait le couple Jacob avec les parents du petit Grégory, Jean-Marie et Christine Villemin.

Bernard Laroche, cousin de Jean-Marie et de Michel Villemin, a été soupçonné et inculpé du meurtre de Grégory. De nouvelles expertises sur une lettre de menaces, manuscrite et anonyme, adressée en 1983 au père de Grégory, ont orienté les soupçons vers elle.

Les enquêteurs s'étaient aussi penchés à de nombreuses reprises sur un mystérieux "corbeau" ayant revendiqué le meurtre de l'enfant, en invoquant une "vengeance" dans une lettre postée apparemment avant la découverte du corps, en 1984.

Recommande: