Syrie: l'Iran riposte aux attaques d'État islamique

20 Juin, 2017, 00:11 | Auteur: Lynn Cook
  • Image d’illustration

Un avion de chasse américain a abattu dimanche un appareil de l'armée syrienne qui avait, selon Washington, bombardé les forces soutenues par les Etats-Unis et luttant contre le groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie.

Il y a encerclé quasiment les rebelles soutenus par Washington et basés au poste-frontière d'Al-Tanaf, suscitant la crainte des Etats-Unis qui ont déployé des batteries de lance-roquettes multiples.

Dimanche, l'avion syrien a été abattu par un appareil américain F/A-18E Super Hornet de la coalition internationale antidjihadistes dirigée par Washington dans la province de Raqa, un incident qualifié lundi par Moscou d'"agression".

Avant l'annonce de l'armée, celle-ci avait progressé ces dernières heures et arrivé aux portes de Resafa, à une quarantaine de km au sud-ouest de la ville de Raqa, principal fief de l'EI en Syrie.

L'Iran, qui est engagé dans la guerre en Syrie aux côtés du président syrien Bashar el-Assad, a vu nombre de ses Gardiens de la Révolution, une force paramilitaire, tués dans le conflit.

" Dans cette opération, des missiles de moyenne portée ont été tirées depuis les provinces de Kermanshah et du Kurdistan".

Mais l'objectif du régime n'est pas Raqa, que tentent de capturer les FDS, alliance de combattants kurdes et arabes anti-EI.

C'est la première fois que les deux forces rivales s'affrontent.

"Le régime veut à travers la province de Raqa parvenir à la province pétrolière de Deir Ezzor", plus à l'est, a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

En représailles aux attaques revendiquées par EI, qui ont fait 17 morts et 50 blessés dans la capitale Téhéran le 7 juin dernier, l'Iran a lancé ses premiers missiles en 30 ans hors du sol iranien en direction de positions djihadistes.

Les médias iraniens ont évoqué six missiles.

Les missiles visaient des bases de groupes armés que Téhéran juge responsables du double attentat.

Dans un communiqué, ils ont mis en garde dimanche les "terroristes et leurs protecteurs dans la région et hors de la région".

"En cas de répétition de ces attaques sataniques contre le peuple iranien, ils devront s'attendre à la colère révolutionnaire et les flammes de la vengeance", préviennent-ils. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: