Doté d'une majorité nette, Macron a les mains libres

20 Juin, 2017, 01:11 | Auteur: Lynn Cook
  • Des bulletins de vote le 11 juin 2017 à Chateaulin France  AFP  Archives

A droite Les Républicains et l'UDI, obtiendraient entre 128 et 130 sièges.

Outre M. Castaner, les cinq autres ministres candidats ont été élus (Richard Ferrand malgré les affaires judiciaires, Bruno Le Maire, Annick Girardin, Mounir Mahjoubi et Marielle de Sarnez). Une "déroute incontestable", a toutefois admis son Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis avant d'annoncer son retrait de la direction du parti, qui obtient deux fois moins de sièges que lors du précédent désastre de 1993 (57 députés PS et apparentés). Cette dernière s'est rendue en préfecture lundi pour "faire recompter les bulletins", soupçonnant des "irrégularités".

Au plan national, LFI obtient 17 élus et le Parti communiste, dix.

Enfin, l'extrême droite française obtiendrait entre quatre et huit sièges, contre deux en 2012, dont sa cheffe de file, Marine Le Pen, député européenne, qui entrerait pour la première fois à l'Assemblée nationale française, après une tentative ratée en 2012.

Non investi par le PS, mais sans concurrent REM, Manuel Valls est l'un des rares anciens ministres à survivre au naufrage. Jean Luc Mélenchon, leader de la France Insoumise et fort d'un groupe parlementaire, a lui aussi consacré son premier discours de député à la politique de Macron. Ils y rejoignent Gilbert Collard, réélu dans le Gard. S'il quadruple le nombre de ses députés, le FN échoue cependant à constituer un groupe parlementaire de 15 députés. Les anciens ministres Marisol Touraine, Jean-Jacques Urvoas, Najat Vallaud-Belkacem et Myriam El Khomri comptent parmi les victimes.

Europe Ecologie Les Verts disparaît pratiquement de l'Assemblée, avec un seul élu (Eric Alauzet, Doubs).

De son côté, Emmanuel Macron a les mains libres pour appliquer son programme (moralisation de la vie publique, réforme du droit du travail.). Mais les équipes de FranceInfo ont ressorti des archives une prise de parole du président de la République de février 2017.

Les nouveaux parlementaires commenceront à arriver dès cette semaine au Palais-Bourbon.

Recommande: