Un homme interpellé pour l'agression de Nathalie Kosciusko-Morizet

19 Juin, 2017, 02:16 | Auteur: Sandy Vega
  • Nathalie Kosciusko Morizet a été victime d'un malaise ce jeudi mati à Paris

A la veille du second tour des législatives, l'homme, âgé de 55 ans, s'est rendu de lui-même samedi matin à la convocation des policiers chargés de l'enquête sur cette agression qui avait provoqué la chute et l'évanouissement de la candidate LR aux législatives à Paris, a-t-on appris de source proche du dossier.

Ce jeudi matin, NKM, entourée de son équipe de campagne, distribuait des tracts dans un marché du cinquième arrondissement de sa circonscription quant un homme s'est approché de la candidate LR aux législatives, lui a pris ses prospectus des mains avant de les lui renvoyer violemment dans sa direction.

Vincent Debraize, ancien membre de l'UDI, fait partie des 33 élus qui ont parrainé la candidature d'Henri Guaino, lors de la dernière présidentielle (Henri Guaino n'avait finalement pas rassemblé suffisamment de signatures pour se présenter). Samedi soir, la garde à vue du maire a été prolongée. Des auditions de témoins sont prévues ce dimanche 18 juin. Cette blonde au teint diaphane, qui avait échoué en 2014 à ravir la mairie de Paris à la gauche, est en ballottage défavorable dans sa circonscription parisienne face à un candidat de La République en Marche, le parti du président centriste Emmanuel Macron, pour le deuxième tour dimanche des élections législatives.

Conduite à l'hôpital. L'ancienne ministre de l'Ecologie de Nicolas Sarkozy a chuté et perdu connaissance plusieurs minutes, sous une forte chaleur. Eliminé au premier tour, il a annoncé son retrait de la vie politique et dénoncé un électorat "à vomir", fustigeant "les bobos d'un côté" et la "bourgeoisie traditionnelle de droite", de l'autre.

Electron libre dans sa famille politique et ambitieuse assumée, Nathalie Kosciusko-Morizet, 44 ans, s'est fait remarquer par ses positions iconoclastes et son franc-parler.

Interrogé par franceinfo, Jean-Louis Hermier, adjoint au maire de Champignolles, assure que Vincent Debraize " n'est pas un homme violent ". L'adjoint au maire de Champignolles estime que "ça aurait été quelqu'un de banal, ça n'aurait pas pris autant d'ampleur".

Que risque l'agresseur de NKM?

En effet, sa qualité d'élue, Nathalie Kosciusko-Morizet est "chargée d'une mission de service public", une circonstance aggravante dans le contexte de cette agression.

Recommande: