Législatives en France: l'alliance LREM-Modem largement en tête

19 Juin, 2017, 03:14 | Auteur: Lynn Cook
  • Législatives: la République en marche vers le grand renouvellement de l'Assemblée

Selon les estimations, dimanche soir, son parti La République en marche (LREM), allié au MoDem de François Bayrou, arrive nettement en tête du premier tour, avec 29 % à 31 % (Harris interactive) voire 32 % (Ifop) ou même presque 33 % (Elabe, Ipsos) des suffrages exprimés.

La France insoumise et le PCF ont rassemblé 13,74% des voix, et la gauche PS-PRG-DVG 9,51%, selon les résultats définitifs du ministère de l'Intérieur publiés lundi à 01h30. Les listes écologistes ont recueilli 4,30% des suffrages. Une majorité pour Emmanuel Macron à l'Assemblée nationale, ils étaient nombreux à ne pas y croire. "Malgré l'abstention, le message des Français est sans ambiguïté: pour la troisième fois consécutive, vous avez été des millions à confirmer votre attachement au projet de renouvellement, de rassemblement et de reconquête du président de la République", a-t-il déclaré.

Emmanuel Macron semble parallèlement pouvoir préserver au moins une partie de son gouvernement, dont six membres jouent leur place lors de ces législatives. Outre M. Castaner, sont concernés Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, Marielle de Sarnez, ministre chargée des Affaires européennes, Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat au Numérique, Annick Girardin, nommée aux Outre-mer, et Bruno le Maire, ministre de l'Economie. "Une formation politique qui n'existait pas il y a deux ans est donc en passe de rafler une insolente majorité à l'Assemblée nationale, bouleversant du même coup un paysage politique que l'on a longtemps pensé immuable", commente Paul-Henri du Limbert dans le quotidien conservateur Le Figaro.

À gauche, le Parti socialiste de l'ex-président François Hollande, qui contrôlait la moitié de l'Assemblée sortante, s'effondrerait à moins de 40 sièges. Dont une "petite trentaine" devrait soutenir la majorité présidentielle, selon un des chefs de file de ceux qui se sont baptisés les constructifs, le député LR Thierry Solère, prêt à voter la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe.

Le Front national et Marine Le Pen ont subi dimanche un important revers après une difficile campagne législative, avec un très net reflux en voix par rapport à la présidentielle qui devrait les priver de groupe à l'Assemblée.

En revanche, le FN et la France Insoumise avec respectivement 13,5 % et 11 % ne sont pas parvenus à convertir localement leur bon score à la présidentielle. Finaliste de la dernière élection présidentielle, Marine Le Pen a exhorté les électeurs "patriotes " à se manifester en masse au deuxième tour le 18 juin et à renforcer la petite présence de son parti à l'Assemblée nationale.

L'abstention lors du premier tour des élections législatives françaises pourrait atteindre le taux record de 50,5%, selon une estimation Ipsos/Sopra Steria. Déjà un de ses candidats a été élu dès le premier tour.

À l'autre extrême, la gauche radicale de Jean-Luc Mélenchon obtiendrait, elle, 10 à 23 fauteuils, malgré sa nette percée au premier tour de la présidentielle.

Au parti socialiste, c'est une lourde défaite puisque l'ancien candidat du PS et député sortant des Yvelines (région parisienne), Benoît Hamon, a été éliminé dimanche dès le premier tour des législatives.

Recommande: