Affaire Grégory: le couple Jacob nie mais n'a pas d'alibi "confirmé"

18 Juin, 2017, 00:33 | Auteur: Sandy Vega
  • Des gendarmes devant le tribunal de Dijon le 16 juin 2017

Marcel Jacob, l'oncle maternel de Jean-Marie Villemin (le père du garçon), et son épouse, Jacqueline Thuriot, ont été mis en examen pour enlèvement et séquestration suivie de la mort et placés en détention provisoire pour quatre jours.

Selon une source proche du dossier, Jacqueline Jacob est restée mutique en garde à vue et son mari s'est contenté d'affirmer qu'il ne se rappelait de rien face aux gendarmes, qui tentent de percer le mystère en démêlant les haines déchirant la famille.

Les enquêteurs sont convaincus que le couple a participé activement à l'enlèvement de Grégory qui s'est soldé par sa mort. Jacqueline Jacob, 85 ans, tante de Jean-Marie Villemin, père de l'enfant assassiné, a quitté le Palais de justice de Dijon escortée par plusieurs gendarmes avant de monter dans un véhicule, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Un point presse du procureur général est prévu à 16 heures.

Le "clan Laroche" se retrouve de nouveau au centre de l'enquête, relancée par l'analyse graphologique des lettres de menaces et autres courriers anonymes envoyés par un mystérieux "corbeau". Marcel Jacob, 71 ans, a déjà été soupçonné, durant la procédure, d'avoir endossé le rôle du "corbeau", lorsqu'une lettre anonyme avait fait état d'une altercation entre deux frères de Jean-Marie dont il avait été le seul témoin. Si le couple n'a jamais été inquiété par la justice, les soupçons ne sont pas nouveaux.

Jacqueline Jacob, 72 ans, avait de son côté gardé une remarquable discrétion depuis le début de l'affaire.

La grand-mère, Monique Villemin, serait quant à elle l'auteur d'une lettre de menaces datant de 1989, adressée au juge Maurice Simon, alors chargé de l'instruction et décédé depuis. Finalement entendue deux ans plus tard, elle s'était montrée particulièrement réticente à répondre aux questions. Pas plus que sur leur emploi du temps du 16 octobre 1984, jour de la découverte du corps de Grégory dans les eaux de la Vologne. Les intéressés ainsi qu'une belle-sœur du père de Grégory, Ginette Villemin, ont été interpellés mercredi et placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de l'enfant. Le parquet général a par ailleurs requis une mise en examen pour " séquestration " à l'encontre de Marcel Jacob, son époux, selon son avocat.

Recommande: