Écrasante majorité en vue pour Macron — France/législatives

17 Juin, 2017, 07:28 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le Premier ministre français Edouard Philippe se prépare à voter le 11 juin 2017. AFP  CHARLY TRIBALLEAU

Ainsi, avec 32,32 % des voix, La République en marche et son allié le MoDem, s'ils confirment leur avance au second tour dimanche prochain, pourraient ainsi truster autour de 430 sièges (soit 75 %).

Cinq des six ministres candidats sont largement en tête dans leur circonscription, seule Annick Girardin étant en difficulté.

Dans le Doubs se déroulera un duel REM/socialiste.

Tous les autres partis sont en recul. "Un vote pour des réformes", a tweeté le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert.

Le premier tour des élections législatives de ce dimanche 11 a livré son verdict et, selon les premières estimations disponibles, Emmanuel Macron est bien parti pour rafler une très large majorité à l'Assemblée nationale. "Malgré l'abstention, le message des Français est sans ambiguïté", a-t-il estimé.

"Pour la troisième fois consécutive (NDLR: après les deux tours de la présidentielle), vous avez été des millions à confirmer votre attachement au projet de renouvellement, de rassemblement et de reconquête du président de la République", a souligné le Premier ministre Edouard Philippe.

Divisé entre les centristes et la droite plus radicale, le parti peine à se trouver une unité.

Après dépouillement des votes correspondant à 92% des inscrits, l'alliance REM/MoDem obtient 31,98% des voix, devant le bloc LR/UDI/Divers droite (21,67%), le Front national (13,76%), la France insoumise/PCF (13,58%) et le PS et ses alliés (9,52%).

La droite, qui espérait en début de campagne priver le président Macron de majorité, terminerait avec 80 à 132 élus. Leur chef François Baroin a appelé au sursaut avant le second tour. Parmi les figures socialistes écartées dès ce premier tour, figurent le Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, les anciens ministres Mathias Fekl, Pascale Boistard, Aurélie Filipetti et François Lamy.

Le Front national est également en net retrait par rapport au premier tour de la présidentielle. "Nous pouvons avoir beaucoup plus de députés que ce qui a été annoncé", a cependant assuré son vice-président Florian Philippot. Ses candidats semblent ainsi en passe d'entrer en force au Palais Bourbon avec plus de 400 sièges.

Ces élections n'ont pas réussi à mobiliser les Français. "Le triomphe du parti au pouvoir au premier tour des élections législatives, malgré un taux record d'abstention, est présenté dans des médias comme une victoire largement méritée pour cette France "fatiguée", tandis que le même résultat en Russie en 2016 a été qualifié de "dictature en forme de démocratie", écrit un journal russe. Les Français sont cohérents: ils nous donneront une majorité pour gouverner et légiférer", prédisait le président à la mi-avril.

"Ce soir rien n'est acquis", a pris soin de souligner dimanche soir la présidente par intérim de REM Catherine Barbaroux, en soulignant que la "faible participation doit plus que jamais nous inviter à poursuivre nos efforts pour renforcer l'engagement citoyen qui est au coeur du projet de la République en marche et même à l'origine de sa construction". "Depuis un mois, le président a su incarner en France comme sur la scène internationale la confiance, la volonté et l'audace".

Recommande: