Les attentats commis par des Iraniens — Téhéran

11 Juin, 2017, 09:14 | Auteur: Lynn Cook
  • Les attentats commis par des Iraniens — Téhéran

Mercredi, six assaillants ont attaqué le parlement iranien et le mausolée de l'iman Khomeiny à Téhéran, la capitale iranienne; dix-sept personnes ont été tuées et 52 autres blessées. ", s'interroge Mina qui marche, avec d'autres Téhéranais, le long de l'avenue Enghelab, jusqu'au carrefour College, avant que les dépouilles ne soient transportées, ensuite inhumées dans le grand cimetière de Téhéran, Behesht-e Zahra, ou dans les villes d'origine des". "Nous n'avons pas peur" de l'EI, "Mort à l'Amérique" et "Mort aux Saoud" (famille régnante à Ryad), criaient les participants. Selon la même source, l'un d'eux a actionné sa ceinture, le deuxième aurait tenté de fuir avant d'être rattrapé par les forces de l'ordre qui l'ont abattu et ont pu neutraliser sa ceinture explosive.

Par ailleurs, une voiture abandonnée remplie d'au moins 22 pistolets a été découverte dans la province de Kermanshah proche de la frontière avec l'Irak (nord-ouest), selon l'agence de presse Irna.

Il a en outre dénoncé les sanctions de Washington contre Téhéran, liées notamment à son programme de missiles balistiques. La coopération sino-iranienne dans le cadre de l'initiative favorisera non seulement le développement des deux pays mais contribuera aussi à la paix, à la stabilité et à la prospérité régionales, a dit M. Wang.

Les puissants Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime, ont accusé les Etats-Unis et l'Arabie saoudite d'être "impliqués" dans ces attentats.

Les attentats de mercredi, qui ont aussi fait une cinquantaine de blessés, ont été commis par cinq hommes armés, dont des kamikazes qui se sont fait exploser.

Vendredi, au surlendemain des premières attaques menées en Iran par l'EI depuis la proclamation en 2014 de son " califat " à cheval sur l'Irak et la Syrie, le choc laisse la place à la tristesse, la colère, l'inquiétude, mais aussi à bien des interrogations.

Pour Thierry Coville, les deux attaques menées mercredi par l'EI devraient ainsi renforcer la conviction de Téhéran de combattre militairement l'organisation.

"Nous soulignons le fait que les Etats qui sponsorisent le terrorisme risquent de devenir les victimes du mal qu'ils soutiennent".

Une réaction qualifiée de "répugnante" par Téhéran.

Alors que Washington et Téhéran ont rompu tout lien diplomatique après la révolution islamique de 1979, leur relations n'ont cessé d'empirer depuis l'entrée en fonction de Donald Trump en janvier.

Parallèlement au communiqué de Donald Trump, le Sénat américain a en effet voté par 92 voix contre 7 de nouvelles sanctions à l'encontre de l'Iran pour "soutien à des actes de terrorisme international". Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: