MoDem: Philippe "ne croit pas" que la position de Bayrou "soit fragilisée"

10 Juin, 2017, 03:55 | Auteur: Lynn Cook
  • MoDem: Philippe

Vendredi après-midi, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "abus de confiance" et "recel d'abus de confiance" dans l'affaire des assistants parlementaires des députés européens du MoDem.

Cet homme aurait fourni des éléments clefs dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte à Paris concernant les emplois présumés fictifs d'une vingtaine d'assistants d'eurodéputés français. "Le MoDem réaffirme qu'il a respecté toutes les règles et toutes les obligations d'un employeur", se défend le MoDem dans un communiqué. "Il était chargé de répercuter le travail parlementaire que j'effectuais au Parlement européen", a-t-il expliqué.

Le parquet de Paris a annoncé ce vendredi 9 juin l'ouverture d'une enquête préliminaire après le signalement à la justice par un ex-collaborateur du MoDem sur la réalité de son emploi comme assistant parlementaire auprès de l'ancien eurodéputé Jean-Luc Bennahmias. Ainsi, Georges Fenech, député LR du Rhône, a estimé ce vendredi que le Garde des Sceaux et président du MoDem François Bayrou se retrouvait "dans une situation flagrante de conflit d'intérêts".

Interrogé par l'AFP, Jean-Luc Bennahmias, qui a quitté le MoDem à l'automne 2013, réplique: "Il dit qu'il n'a jamais travaillé pour moi!"

Selon Le Point et Le Parisien-Aujourd'hui en France, le témoignage vient d'un ancien salarié de la formation centriste qui dit avoir été en partie rétribué pendant un an par des fonds provenant de l'enveloppe normalement allouée à la rémunération des assistants parlementaires de Jean-Luc Bennahmias.

Jusqu'à présent, seuls deux eurodéputés MoDem étaient touchés par des soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen, Robert Rochefort et Marielle de Sarnez, actuellement ministre des Affaires européennes et candidate aux législatives à Paris. "Il a dû oublier".

Mercredi, nouveau coup dur pour le fondateur du Modem.

Et de conclure: "Pour mettre fin à ces rumeurs "intéressées" le MoDem réitère sa proposition de consultation de tous les contrats de travail et de tous les bulletins de salaire qui ont engagé le mouvement, qui ont été déposés à cette fin entre les mains du bâtonnier Francis Teitgen et de Me Pierre Casanova". Au moins une dizaine de salariés du parti auraient été également employés comme collaborateurs des députés européens, et donc payés par le Parlement de l'UE, sans travailler pour lui.

Le MoDem assure que les salariés qui ont travaillé à temps partiel à son service ont été rémunérés " de manière parfaitement transparente " et ont pu honorer parallèlement, et en toute légalité, d'autres contrats auprès d'élus européens.

Les soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen sont déjà au cœur de deux procédures judiciaires.

Selon lui, il était naturel que les assistants voient leurs activités "non seulement consacrées aux activités européennes mais à l'ensemble de l'activité politique du parlementaire européen, voire aux aspects européens du parti".

Recommande: