Crise diplomatique dans le Golfe : le Maroc opte pour la neutralité (Médias)

08 Juin, 2017, 01:33 | Auteur: Sandy Vega
  • Isolé par les pays arabes le Qatar s'inquiète pour ses approvisionnements

En même temps que l'Arabie saoudite, les Emirats arabe unis, Bahrein et le Yémen, le géant de l'Afrique du Nord avait annoncé qu'il interrompait tout lien diplomatique avec le Qatar. "Une telle "trumpisation" des relations dans une région de toute façon en proie aux crises est particulièrement dangereuse", a fustigé le chef de la diplomatie allemande, dans le quotidien des affaires Handelsblatt à paraître mercredi.

Les diplomates du Qatar ont 48 heures pour quitter leurs postes dans ces pays.

La Jordanie a annoncé une réduction de sa représentation diplomatique, et le retrait de la licence de la chaîne qatarie Al Jazeera sur son territoire. Le fait que le Qatar ait déjà soutenu à plusieurs reprises les Frères musulmans en Égypte, contre le président Al Sissi, très proche de l'Arabie Saoudite, est reproché à Doha depuis longtemps. "Cela sera peut-être le début de la fin de l'horreur du terrorisme", a-t-il ajouté. Ce dernier a loué le 'sang-froid' et l " approche constructive' de Doha.

Le Qatar a ensuite donné l'impression de chercher une issue à la crise, en appelant à un "dialogue ouvert et honnête". Des tentatives de médiation se poursuivent pour désamorcer la crise sans précédent autour d'un Qatar isolé et accusé de "soutenir le terrorisme".

Al-Sabah devrait s'entretenir avec le roi Salmane. Dans un communiqué officiel, le pays dénonce "la politique de ce pays [ le Qatar ]" qui "s'est liée dans la région au soutien d'organisations terroristes; de la propagation d'idées extrémistes et s'est attelée à semer l'anarchie et répandre les tensions dans de nombreux pays arabes, ce qui a causé de grandes catastrophes humanitaires dans ces pays, en Europe et dans le monde".

Mais les États-Unis risquent d'être sérieusement embarrassés par ce blocus, eux qui disposent d'une base aérienne importante à Al-Udeid, au Qatar.

Il avait aussi établi un lien entre son discours en mai à Ryad et la décision d'isoler le Qatar: " Durant mon récent voyage au Moyen-Orient, j'ai affirmé que le financement de l'idéologie radicale devait cesser. Des dirigeants ont désigné le Qatar. Or avoir le soutien de Donald Trump constitue un atout majeur. Le ministre israélien des Affaires étrangères estime que la rupture avec le Qatar ouvre la porte à une coopération dans la lutte contre le terrorisme.

Recommande: