Trump a ordonné une "campagne d'annihilation" des jihadistes en Irak et Syrie

22 Mai, 2017, 19:15 | Auteur: Lynn Cook
  • Attaque d'artillerie des forces syriennes contre les rebelles près de la ville de Qumhanah dans la province de Hama en Syrie le 1er avril 2017Plus

La Syrie et la Russie ont vivement condamné le bombardement américain, Damas assurant qu'elle ne se laissera pas "intimider".

Selon le commandement des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom), la frappe a détruit un tank, un bulldozer, un tracteur et un excavateur.

"Aucune partie n'a le droit de déterminer le cours de ses opérations contre ces groupes terroristes", a-t-elle ajouté.

La coalition contre l'EI a montré récemment qu'elle n'hésitait pas à tirer sur des djihadistes en fuite.

Selon M. Mattis, Daesh a perdu plus de la moitié du territoire qu'il détenait en Syrie et en Irak (55 %). Pour le régime, cette position est importante car son objectif est de contrôler l'autoroute Damas-Bagdad et ainsi faire à la fois la liaison avec les forces alliées qui se trouvent en Irak, et d'empêcher les rebelles pro-occidentaux de remonter par le sud vers la province de Damas.

Pour Guennadi Gatilov, ces négociations doivent se concentrer sur "la mise en place des zones de désescalade", prévues par un accord signé à Astana le 4 mai et qui a déjà permis une réduction relative des combats dans plusieurs régions du pays.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes appuyée par la coalition internationale, sont à la porte de leur bastion de Raqa; les forces du régime pourchassent les djihadistes dans les provinces de Homs, d'Alep et de Hama tandis que les rebelles avancent dans le sud. La Russie a également condamné hier ce bombardement qu'elle a qualifié d' "inacceptable", selon un haut responsable de la diplomatie russe cité à Genève par les agences russes.

" Juste un jour avant, une frappe a été menée, faisant beaucoup de morts parmi la population civile en Syrie, ce qui est inacceptable et ne contribue pas, certes, à la création d'un climat politique favorable", a dit le diplomate.

Ce bombardement risque d'avoir un impact négatif sur les "efforts de ceux qui luttent réellement +sur le sol+ et dans les airs contre les terroristes de l'EI et de l'ancien Front al-Nosra", a-t-il affirmé.

Un jour avant la frappe de la coalition contre des militaires syriens, la coalition anti-Daech conduite par les États-Unis a mené une autre frappe contre des civils. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recommande: