À Cannes, le coup de poing de 120 battements par minute (vidéo)

22 Mai, 2017, 17:47 | Auteur: Sue Barrett
  • À Cannes, le coup de poing de 120 battements par minute (vidéo)

Premier film français à entrer en lice pour la palme d'or, le long-métrage de Robin Campillo (Les Revenants, Eastern boys), nouveau venu en compétition officielle, évoque la lutte menée à la fin des années 1980 et au tout début des années 1990 par les activistes d'Act Up Paris.

Si Robin Campillo fait aujourd'hui sa première apparition au Festival de Cannes en tant que réalisateur, il en garde néanmoins de bons souvenirs puisqu'il était le coscénariste de " Entre les murs ", le film de Laurent Cantet qui obtint la Palme d'Or en 2008. "Avec Act Up, des malades ont voulu casser la malédiction intime pour rendre la maladie plus visible et mettre les politiques face à leurs responsabilités", a raconté le réalisateur à l'AFP.

"Le film ne donne pas de conseils mais rappelle juste ce rassemblement de gens contre cette épidémie qui ont construit une conscience et des luttes politiques", souligne Robin Campillo (54 ans).

"C'est très difficile de créer un mouvement politique. Cela a été le cas pour l'avortement et le sida", a-t-il estimé samedi en conférence de presse. Mais il montre aussi le sexe, l'amour, les Gay pride et les soirées au son de la musique house, exutoire qui donne son titre au film.

Début des années 90. "A l'époque, ils étaient dans l'urgence et pensaient mourir".

Grâce à un casting qui comprend Adèle Haenel et de nombreux autres acteurs moins connus, il a réalisé un film à la fois choral, avec tous les militants d'Act Up, mais aussi une histoire terriblement émouvante et sensible, dure et, en même temps pleine de vie, d'amour et de dignité. S'il est encore trop tôt pour savoir si " 120 battements par minute " connaîtra le même destin, son film coup de poing a d'ores et déjà marqué les esprits et bouleversé bon nombre de festivaliers.

Recommande: