Large victoire de Moon Jae-in à la présidentielle sud-coréenne

15 Mai, 2017, 00:58 | Auteur: Lynn Cook

La question de la Corée du Nord a été au cœur du premier échange entre le président chinois Xi Jingping et le nouveau président de la Corée du Sud moon Jae-in.

"Je vais rendre ce pays juste et uni", a déclaré celui qui représentait le Parti démocrate sud-coréen (PD ou Minjoo) devant ses partisans rassemblés vers minuit.

Dans un climat de vive tension militaire depuis des semaines, le président nouvellement élu mardi, Moon Jae-in, a joué cartes sur table dès sa prestation de serment à Séoul.

"Je jure solennellement devant le peuple d'exécuter loyalement les devoirs du président", a déclaré devant l'Assemblée nationale à Séoul l'ancien avocat issu du Parti démocratique (centre gauche), formellement investi. Le taux de participation, de 77,2%, est le plus élevé depuis 20 ans.

Une victoire de M. Moon, 64 ans, signerait l'alternance après près de dix ans de règne conservateur et pourrait signifier un changement considérable de politique, vis-à-vis de Pyongyang mais aussi de l'allié et protecteur américain.

"Je tendrai la main vers les gens qui ne m'ont pas soutenu afin que nous avancions tous ensemble vers une nouvelle République de Corée".

Le nouveau président sud-coréen prône pourtant une prise de distance avec Washington.

Kul Sun-Chul, 59 ans, a de son côté expliqué avoir voté pour M. Moon car "ce pays a besoin de rétablir la démocratie qui a été tant laminée par le gouvernement Park".

De nombreux électeurs en ont profité pour dire leur colère, non seulement de la corruption d'une partie des élites, mais aussi de la vie chère et de l'augmentation du chômage. Les Sud-Coréens, qui vivent depuis plusieurs années sous le coup de la menace nucléaire de Pyongyang, souhaite davantage de changements en interne.

Alors que la Corée du Nord a mené l'an passé deux essais nucléaires et plus de trente lancements de missiles de différentes natures, l'escalade n'a jamais été aussi périlleuse sur la péninsule. S'il Moon Jae-in a remporté l'élection présidentielle anticipée, il n'en est pas moins que le pays est profondément divisé. Pour Moon Jae-in, "l'intégration économique" de la Corée du Nord permettra de créer un "nouveau moteur de croissance" pour la Corée du Sud, rapporte le Time. Il est le fils aîné d'une fratrie de deux garçons et de trois filles, d'une famille de réfugiés [ses parents, originaires du Nord, ont franchi la frontière en 1950, en pleine guerre de Corée]. "Je pense que notre coopération peut contribuer à la paix et la prospérité dans la région", a réagi le Premier ministre japonais. Le gouvernement prônait alors un rapprochement avec la Corée du Nord. Le journal, basé au Japon, a annoncé la victoire de M. Moon mais l'agence de presse publique de la Corée du Nord n'en a pas fait mention.

Recommande: