France: Renault touché par la vague de cyberattaques internationales

15 Mai, 2017, 01:52 | Auteur: Aubrey Nash

L'usine de Sandouville (Seine-Maritime), qui emploie 3.400 salariés et produit par jour 640 véhicules utilitaires, essentiellement des Renault Trafic, a notamment été touchée, selon des sources concordantes. Renault qui tente néanmoins de reprendre la main depuis hier: "Une action est en place depuis hier soir".

"On a reçu des messages de la direction, on ne travaille pas demain (lundi)", a déclaré à l'AFP David Dubois, secrétaire général du syndicat CGT à Douai, confirmant une information de la radio France Bleu Nord.

Le constructeur automobile français Renault, seule victime connue à ce stade en France, a reconnu ce samedi matin avoir été touché par cette cyberattaque qui l'a conduit "à prendre des mesures préventives", dont la mise à l'arrêt de plusieurs usines en France, a indiqué une porte-parole du groupe.

D'après les médias locaux, des dizaines de pays dans le monde, dont le Royaume-Uni, l'Australie, l'Allemagne, l'Espagne, le Portugal, la Roumanie, le Vietnam, le Japon, les Philippines et la Russie, ont été touchés par cette vague d'attaques informatiques de grande ampleur. "Des problèmes ont affecté une partie du système informatique", a expliqué un porte-parole de cette filiale, faisant état d'une suspension de la production dans l'usine de Novo Mesto. Elle reste suspendue samedi.

Les autorités américaines ont mis en garde vendredi contre une vague de cyberattaques simultanées qui a touché des dizaines de pays dans le monde, à l'aide d'un logiciel de rançon, et conseillé de ne pas payer les pirates informatiques.

En Grande-Bretagne, plusieurs hôpitaux ont été visés.

L'attaque récente est d'un niveau sans précédent et exigera une investigation internationale complexe pour identifier les coupables. Le logiciel malveillant verrouille les fichiers des utilisateurs et les force à payer une somme d'argent sous forme de monnaie virtuelle bitcoin pour en recouvrer l'usage: on l'appelle le "rançongiciel". Le piratage a contraint les antennes médicales à des annulations de rendez-vous et à la redirection de certains patients vers d'autres services. En Russie, la cyberattaque a touché la Banque centrale et plusieurs ministères.

Les pirates informatiques ont apparemment exploité une faille dans les systèmes Windows divulguée dans des documents piratés de l'agence de sécurité américaine (NSA), indique la presse française.

Des images ont été partagées sur les réseaux sociaux avec des écrans d'ordinateurs du NHS demandant le paiement de 300 dollars en bitcoins avec la mention: "Oups, vos dossiers ont été cryptés".

Recommande: