Eurovision : le Portugal exulte après le triomphe de son chanteur

15 Mai, 2017, 01:14 | Auteur: Sue Barrett

Son émotion aura fait chavirer les coeurs et permis au Portugal de profiter d'une consécration attendue par le petit pays de la Péninsule ibérique depuis sa première participation à l'Eurovision en 1964.

Pourtant en marge des codes de la compétition, le candidat lusitanien Salvador Sobral a fait l'unanimité. La Belgique, avec la jeune Blanche, s'est classée quatrième, en grande partie grâce aux voix des téléspectateurs qui ont massivement voté pour sa chanson City Lights.

"Quand nous sommes très bons, nous sommes les meilleurs parmi les meilleurs", s'est félicité le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa, cité par l'agence Lusa.

Dans un registre intimiste, son mélancolique morceau jazzy "Amar Pelos Dois" (aimer pour deux), composé par sa sœur aînée Luisa Sobral, chanteuse à succès, a convaincu le public malgré ses attributs éloignés des canons survitaminés de l'Eurovision. "Bravo Salvador! Bravo le Portugal!"

À sa victoire, Salvador a déclaré: "C'est une victoire pour la musique, pour les gens qui font de la musique qui veut vraiment dire quelque chose (.) La musique ce n'est pas un feu d'artifice, ce sont des sentiments, essayons de changer cela et de revenir à la musique car c'est ce qui compte".

Favori des bookmakers avant le concours puis coqueluche des fans en s'offrant un bain de foule à son arrivée sur le tapis rouge de Kiev où il s'est senti "aussi populaire que Cristiano Ronaldo", Salvador Sobral ne s'est pas seulement déplacé pour chanter. Fait rare à l'Eurovision, le texte était en portugais plutôt qu'en anglais.

Il a devancé un jeune Bulgare aux airs de Justin Bieber âgé d'à peine seize ans.

Huit ans plus tard, après une traversée du désert conclue par sa victoire de samedi, il s'attire désormais l'estime d'une multitude de fans.

Sous les hashtag #Salvador ou #Salvadorable, des centaines de Portugais et admirateurs du monde entier se montraient comblés sur les réseaux sociaux, louant "un artiste qui chante vrai", "une "révélation de la musique" ou encore "un jeune homme plein de simplicité et de talent".

Le Portugal n'avait jamais dépassé la sixième place du show européen, monument depuis 1956 des paillettes, du glamour, et pour certains du kitsch.

La soirée de samedi fut également marquée par le 36e sacre du Benfica Lisbonne en championnat du Portugal de football, qui a provoqué les habituelles scènes de liesse dans les rues de la capitale, ville natale du nouveau champion de l'Eurovision. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommande: