Corée du Sud: Moon ira à Pyongyang si les conditions sont "réunies"

14 Mai, 2017, 08:31 | Auteur: Lynn Cook

Le taux de participation a été le plus élevé en 20 ans pour une élection présidentielle. Sur ce sujet, le Président Moon a expliqué les difficultés rencontrées par les entreprises sud-coréennes qui font des affaires en Chine et a demandé une "attention particulière " au Président Xi Jinping pour résoudre ce problème.

Les tensions ont rarement été aussi fortes sur la péninsule. Une priorité affichée tout au long de sa campagne, et rappelée ce mercredi lors de son discours d'investiture. "S'il le faut, je m'envolerai directement pour Washington. J'irai à Pékin et à Tokyo et, si les conditions sont réunies, à Pyongyang aussi", rapporte Reuters.

Il a également exprimé son espoir de voir le nouveau gouvernement sud-coréen être conscient des préoccupations majeures de Beijing et prendre des mesures concrètes pour garantir un développement régulier et solide des liens bilatéraux. "Lorsqu'adviendra une réunification pacifique, la première chose que je veux faire est d'emmener ma mère de 90 ans dans sa ville natale", a-t-il écrit dans un livre publié en janvier.

En reconnaissant sa victoire, Moon Jae-in a promis de rétablir "la justice, le principe, le peuple qui gagne (contre le pouvoir) et un pays où le bon sens prévaut", cite l'agence Yonhap. Cette démarche consistait au dialogue, à l'envoi d'aide humanitaire et de projets économiques communs. Suh Hoon, qui a déjà travaillé 28 années dans les renseignements avant d'en être écarté par un gouvernement conservateur en 2008, a également passé deux ans en Corée du Nord dans les années 1990, au moment où un consortium international construisait deux réacteurs à eau légère, aux termes d'un accord avec les États-Unis. Il remplace l'ancienne présidente Park Geun-hye, sous le coup d'une destitution dans le cadre d'un scandale de corruption, à l'issue d'élections anticipées organisées mardi.

L'ampleur du scandale, qui implique aussi l'héritier de l'empire Samsung et le président de Lotte -cinquième plus grand conglomérat sud-coréen- a contraint tous les candidats à la présidentielle à promettre des réformes pour plus de probité. Dans son livre, il estime que la Corée du Sud doit apprendre à dire "non" à son allié américain.

La Corée du Sud vient de changer son logiciel à l'égard de sa sœur et voisine du Nord. "Mais même ces sanctions et cette pression sont à des fins de négociation. Le simple fait de blâmer la Corée du Nord n'aboutira à rien." . Le parcours de Moon Jae-in, élu 19e président de la république de Corée, démontre qu'il n'appartient pas au courant dominant du pays.

Recommande: