Benoît Hamon va lancer un mouvement "citoyen et transpartisan"

12 Mai, 2017, 11:50 | Auteur: Sandy Vega
  • Le premier secrétaire du PS Jean Christophe Cambadélis a salué la victoire d'Emmanuel Macron tout en martelant le

Signe de l'embarras qui saisit le PS, seuls étaient présents sur les plateaux de télévision pour commenter les résultats du second tour les socialistes " macron-compatibles", ses détracteurs ayant pour leur part préféré rester discrets.

Parmi les signataires de la tribune se trouvent des personnalités politiques comme Guillaume Balas et Mathieu Hanotin, proches de Benoît Hamon, Marylise Lebranchu ou André Laignel, le photographe et militant écologiste Yann Arthus-Bertrand, la philosophe Dominique Méda, le chanteur Jacques Higelin ou l'humoriste Christophe Alévêque.

En entendant, des rumeurs d'autres " initiatives " à venir circulent, dont une qui réunirait le ministre de l'Intérieur Mathias Fekl, " qui veut prendre toute sa part dans la reconstruction du PS " selon son entourage, et la ministre de l?Éducation Najat Vallaud-Belkacem.

"Je crois que la gauche existe encore", a-t-il affirmé.

Je suis dans l'opposition et je serai dans l'opposition à Emmanuel Macron.

Sur France Inter, mercredi 10 mai, Benoît Hamon ayant obtenu 6,4 % des voix à la présidentielle, a indiqué lancer son mouvement "large, transpartisan" le 1er juillet prochain, rapporte 20 minutes.

Jusqu'à quand pourront-ils tous faire maison commune?

"Le Parti Socialiste traverse une forte crise partisane, mais il en a connu de plus graves" a déclaré ce mercredi à Xinhua, Henri Rey, directeur de recherche à la Fondation Nationale de Sciences Politiques (FNSP) au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Pour Henri Rey, Christiane Taubira, Martine Aubry et Anne Hidalgo sont des élues "assez populaires" qui constituent "ce qui reste comme capital le plus important pour le Parti Socialiste actuellement, notamment dans la perspective d'avoir un groupe parlementaire le moins étroit possible". Tous les courants du PS sont représentés, de Martine Aubry aux vallsistes. L'ex-Premier ministre avait annoncé son souhait en matinée.

Commentant l'éventuelle exclusion de Manuel Valls du PS, Emmanuelle Gave juge illogique qu'il soit exclu du PS, d'autant qu'elle n'a pas l'impression qu'Emmanuel Macron s'empresse d'ouvrir les portes à grands battants.

"Si nous n'avons pas réussi à convaincre dès la première campagne, ce travail-là doit se poursuivre", conclut-il.

Le PS est-il de retour avec ses vieilles querelles de chapelle? "Ils ne sont pas dans une logique de concurrence, ces mouvements ne sont pas incompatibles", appuie Hanotin. Le député socialiste de l'Hérault Sébastien Denaja a en tout cas ironisé sur Twitter, évoquant la multiplication des "cabines téléphoniques".

Recommande: