Mario Draghi manque de confiance dans l'évolution de l'inflation

28 Avril, 2017, 09:11 | Auteur: Aubrey Nash
  • ZONE EURO L'INFLATION PROCHE DE L'OBJECTIF DE LA BCE EN AVRIL

La Banque centrale européenne (BCE) a laissé inchangés jeudi ses taux directeurs, à leur plus bas niveau historique depuis plus d'un an, ainsi que son vaste programme de rachats de dettes, a annoncé un porte-parole. Un nouveau resserrement monétaire de la Fed, qui s'est pour l'heure contentée d'une seule hausse de taux cette année, aurait pour effet de rendre plus rémunérateur et donc plus attractif le billet vert pour les cambistes.

Cette orientation est conforme aux attentes des marchés mais contraste toutefois avec les appels émanant d'Allemagne notamment en faveur d'une réduction progressive de la stimulation monétaire.

"Dans le même temps, les pressions sur l'inflation sous-jacente continuent de rester limitées et doivent encore manifester une tendance haussière convaincante", a-t-il poursuivi.

Il a également dit que la BCE ne prend pas en compte le risque d'élection de Marine Le Pen, car la banque centrale ne discute pas de la politique mais des politiques à mettre en place.

Le président de la BCE a ajouté: "Nous n'avons pas suffisamment d'éléments probants pour modifier notre évaluation des perspectives d'inflation et nous ne sommes pas suffisamment confiants dans le fait que l'inflation va converger vers des niveaux cohérents avec notre objectif d'une manière durable et auto-entretenue".

La monnaie suisse tentait de se reprendre face à l'euro, à 1,0834 franc pour un euro, après avoir atteint en début d'échanges asiatiques 1,0871 franc, son niveau le plus faible depuis début décembre.

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,34% à 5.270,12 points vers 07h45 GMT. "Finalement, son message a été que la banque gardait sa position accommodante".

Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi à Bruxelles, le 9 juin 2016.

Les marchés espéraient plus de détails, en particulier concernant le rabais promis aux multinationales qui rapatrient des bénéfices réalisés à l'étranger, ainsi que des indications sur le calendrier de la réforme et comment celle-ci sera financée, note Michael Hewson, analyste marchés chez CMC Markets.

Le mois dernier, la BCE avait supprimé du communiqué introductif la phrase mentionnant que le conseil des gouverneurs était déterminé à utiliser "tous les instruments à sa disposition si nécessaire", ce qui avait été interprété comme le signal d'une moins grande urgence à agir de sa part.

Durant cette intervention, M. Draghi "devrait certainement souligner que les risques ont diminué en zone euro, peut-être en modifiant le langage dans le document introductif sur la balance des risques surplombant le scénario macroéconomique", explique Alan Lemangnen, économiste chez Natixis.

Le taux de refinancement, principal instrument de la politique monétaire de la BCE, reste à zéro, le taux de la facilité de dépôt à -0,40% et le taux de prêt marginal à 0,25%.

Recommande: