L'accord de libre-échange nord-américain devrait être renégocié

28 Avril, 2017, 09:02 | Auteur: Lynn Cook
  • McDonald gagnait 3,70% à 139,20 euros  AFP  Archives

Citant des sources proches de l'administration américaine, le WSJ indique que la Maison Blanche pourrait menacer de se retirer de cet accord, conclu en 1994, dans le cadre de sa stratégie pour le renégocier.

La rumeur d'un retrait a couru tout au long de la journée du mercredi 26 avril, un haut responsable de l'administration américaine ayant déclaré qu'un projet de décret visant à retirer les États-Unis de l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena), regroupant le Mexique et le Canada, était à l'étude. "J'ai accepté, sous réserve que si nous ne parvenons pas à un accord équitable pour tous, nous mettrons en conséquence un terme à l'ALENA", a tweeté M. Trump jeudi matin.

"Cela a été une possibilité réelle et nous avons eu la confirmation que c'est quelque chose qui a été envisagé", a déclaré jeudi à Mexico Luis Videgaray, ministre des Affaires étrangères. C'est seulement en 2008 que les derniers droits de douane ont été supprimés, à l'exception du bois de construction et de la quasi-totalité des produits laitiers.

Pour Donald Trump qui veut privilégier les emplois américains, un trait de plume pur et simple sur cet accord n'est pas du goût de ces exportateurs, notamment pour les industriels de l'automobile et de l'agro-alimentaire.

Au fil de ses interventions, Justin Trudeau défend le libre-échange avec ses deux partenaires et rappelle que pour les exportateurs américains, le Canada est leur premier marché.

Le président américain lance ainsi un nouveau chapitre de son mandat, alors que la Maison-Blanche vante déjà le bilan des 100 premiers jours (Syrie, réduction des arrivées de clandestins, Cour suprême, déréglementation.), bilan amaigri cependant par les échecs de ses décrets migratoires et de l'abrogation de la loi sur la santé Obamacare.

Le 23 janvier, trois jours après son investiture, il avait même signé une ordonnance retirant les États-Unis du Partenariat transpacifique (TPP) et avait menacé de faire de même avec l'Alena.

Chaque minute, c'est plus d'un million de dollars de marchandises qui sont échangées entre les deux pays.

"Beaucoup d'emplois au Canada créent des emplois aux États-Unis et inversement", selon Justin Trudeau.

Concernant les seules exportations américaines, le Canada et le Mexique sont toutefois loin devant. Les taxes mardi sur le bois canadien, les éventuelles rétorsions américaines contre les producteurs laitiers le lendemain et un allégement fiscal pour les entreprises américaines mercredi ont mis les nerfs à vif du côté canadien.

La renégociation de l'Aléna est un moindre mal pour Trump et les Etats-Unis.

Après les déclarations du président américain, le dollar canadien gagnait 0,6% face au dollar américain tandis que le peso mexicain avançait de plus de 1%. Sa dénonciation aurait soulevé "un tollé au Congrès, mis un coup d'arrêt à l'activité des entreprises compte tenu de l'imbrication des chaînes d'approvisionnement, pénalisé l'économie et enfin aurait déclenché une vague de procès", a estimé Angelo Katsoras, économiste de la Banque Nationale.

Recommande: