Karim Cheurfi, présumé auteur de l'attentat des Champs-Elysées

27 Avril, 2017, 00:02 | Auteur: Sue Barrett

Il a ensuite écopé de plusieurs autres condamnations. Pendant sa garde à vue, il avait de nouveau blessé un policier après lui avoir volé son arme. Une touriste a aussi été légèrement touchée.

Karim Cheurfi, 39 ans, a rapidement été identifié comme étant l'agresseur de l'attaque, notamment grâce à une carte d'identité retrouvée et des traces d'empreintes digitales. Mais un message manuscrit prenant la défense de "Daech", l'acronyme en arabe de l'EI, a été retrouvé près de son corps. "Dans le coffre de l'Audi, un sac de sport noir contenait un fusil à pompe un couteau de cuisine, un sécateur et un coran". Il était connu des services de renseignements: en effet, ce Français avait fait de la prison pour s'être déjà attaqué à des policiers.

Né le 31 décembre 1977 à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), autre commune de la banlieue nord-est de Paris, Karim Cheurfi avait été arrêté le 23 février par la police judiciaire de Meaux, soupçonné de vouloir tuer des policiers.

Parallèlement à cette procédure engagée à Meaux, la section antiterroriste du parquet de Paris ouvre en mars une enquête préliminaire le visant et confiée à la DGSI. Mais il avait été relâché le lendemain, la justice estimant ne pas disposer d'assez d'éléments, selon des sources proches de l'enquête. Il s'était fait livrer des couteaux de chasse, une Go-Pro, un masque, un serflex.

Le journaliste Nicolas Henin a fait savoir sur son compte Twitter que Xavier était présent lors de la réouverture du Bataclan, lui qui était intervenu sur le terrain lors de l'attaque du 13 novembre 2015.

D'heure en heure, le profil de l'homme abattu par la police se dessine tandis qu'une enquête a été ouverte par le parquet antiterroriste pour assassinat et tentative d'assassinat sur une personne dépositaire de l'autorité publique. Enfin, en 2014, il devait purger une peine de quatre ans de prison pour des faits de vols avec effraction, refus d'obtempérer, recel de vol et usurpation de plaque d'immatriculation, le tout en récidive pour des faits commis en 2013.

En février 2005, il avait ainsi été condamné à quinze ans de réclusion pour avoir tenté de tuer un élève gardien de la paix portant un brassard de police ainsi que le frère de celui-ci. " Il avait une haine de la justice et de la police (...), il a peut-être pété un plomb en sortant de prison ".

Après sa libération conditionnelle, il n'avait pas particulièrement fait parler de lui. Puis il se met à courir, tout en tirant sur d'autres policiers, à pied.

Le groupe État islamique (Daech), qui a revendiqué l'attentat dans la soirée, affirme de son côté que l'auteur de cette attaque qui a coûté la vie à un policier, se nomme "Abu Yussef le Belge", un "soldat du califat", précise l'organisation. Pour son entourage, l'homme n'était pas religieux.

Recommande: