Un responsable de l'opposition demande l'annulation du scrutin — Turquie

26 Avril, 2017, 07:34 | Auteur: Lynn Cook

Berlin pour sa part, a dit "prendre acte" du résultat du vote qui a vu le "oui" l'emporter avec 51,37% après dépouillement des bulletins dans 99,45% des urnes. Mais les deux principaux partis d'opposition, le CHP et le HDP (pro-kurde), ont dénoncé des "manipulations" au cours du référendum et annoncé qu'ils feraient appel du résultat.

L'opposition turque, elle, conteste la validité du scrutin et a annoncé son intention de demander le recomptage des voix.

Le président américain Donald Trump a félicité hier par téléphone son homologue turc Recep Tayyip Erdogan pour sa victoire au référendum de dimanche.

"Ils préparent un rapport à leur goût. (...) Nous pourrons aller au-devant de notre peuple, et nous obéirons à sa décision", a lancé M. Erdogan lors de ce discours virulent au palais présidentiel. Nous ne voyons et nous ne tenons pas compte de tout rapport que vous pourriez préparer.

Devant ses partisans réunis à Istanbul, Recep Tayyip Erdogan a indiqué qu'il entendait au contraire accélérer les reformes et entamer sans attendre des discussions sur le rétablissement de la peine apitale.

Ankara a accepté de réduire le flot de migrants partant de son pays en direction de l'UE, au terme d'un accord conclu en mars 2016, mais Recep Tayyip Erdogan a fait savoir qu'il pourrait revenir sur cet accord à l'issue du référendum.

Déplorant le fait qu'il n'y ait aucun moyen de comptabiliser le nombre des bulletins concernés par cette mesure de l'YSK, il a affirmé: "Il n'y a qu'une chose à faire (.), annuler ce vote".

"Les valeurs et les engagements pris dans le cadre du Conseil de l'Europe devraient conduire les autorités turques à conduire un dialogue libre et sincère avec toutes les composantes de la vie politique et sociale", a déclaré la présidence française dans un communiqué.

Une hypothèse confirmée par les déclarations du président turc: " L'Union européenne menace de geler les négociations. Ce sont des conditions extraordinaires pour un référendum dont l'objectif était important car il s'agissait de modifier la Constitution.

" Erdogan s'est toujours vanté (...) de l'authenticité du soutien que lui apportaient les Turcs", ajoute-t-il.

Des observateurs de l'OSCE et du Conseil de l'Europe devaient rendre leurs conclusions préliminaires lors d'une conférence de presse attendue à Ankara à 12h GMT. La Turquie est membre du Conseil de l'Europe.

En réponse au rapport des observateurs internationaux, qui ont jugé le processus référendaire non conforme aux normes démocratiques, le président Erdogan leur a répondu, " restez chez vous ". La relation entre la Turquie et les États-Unis semblent donc de bon aloi. Cela dans l'intérêt de la stabilité et de l'unité nationale, déclare le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans une prise de position diffusée lundi. La réforme prévoit un accroissement des pouvoirs du président Erdogan.

Les eurodéputés ont préconisé dès novembre le gel des négociations d'adhésion.

Les relations entre la Turquie et l'Union européenne (UE) se sont fortement dégradées dans la dernière ligne droite de la campagne référendaire.

Recommande: