"Il y a eu d'autres attaques" jeudi soir — Fillon

26 Avril, 2017, 07:03 | Auteur: Lynn Cook

Et d'affirmer jeudi qu'elle serait "en tête" dimanche au soir du premier tour, assurant sentir "une incroyable mobilisation" de ses électeurs.

Dans ses derniers meetings, il n'a eu de cesse de marteler que la présidentielle se jouerait dans les derniers jours de campagne, même si son image de sérieux et de probité a été ébréchée et sa légitimé contestée jusque dans son propre camp. Attrape-tout, Macron incarne à la fois la continuité du quinquennat de Hollande, ce qui ne le favorise pas, mais aussi le désir profond de renouvellement de la classe politique exprimé par les Français, puisque son mouvement est essentiellement composé de personnalités de la société civile qui formeront d'ailleurs la moitié des candidats d'En Marche! aux législatives.

Selon le rolling Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio publié jeudi soir, Emmanuel Macron arrive en tête des intentions de vote, avec 24 % des voix, devant Marine Le Pen (22,5 %), François Fillon (19,5 %) et Jean-Luc Mélenchon (18,5 %).

Ces trois émissions télévisées sont inédites dans l'histoire électorale française, qui se contentait depuis 1974 d'un débat avant le second tour. C'est le cas de 89 % (=) de ceux de Marine Le Pen, de 82 % (+ 6) de ceux de François Fillon, de 74 % (+ 2) de ceux d'Emmanuel Macron.

Peu après l'attentat contre des policiers aux Champs-Élysées, qui a fait une victime, François Fillon lançait un appel en conclusion de l'émission "15 minutes pour convaincre". La candidate frontiste gagne un point à 43% contre 57% pour son adversaire des Républicains. La proportion de ses électeurs potentiels qui le choisissent "par défaut" est à l'inverse en baisse continue depuis plusieurs semaines: ils ne sont plus que 26 % cette semaine contre 32 % au début du mois ou encore 38 % en février. Si le leader d'En marche! parvient à se hisser au second tour, il sera, quel que soit son adversaire, le candidat de l'Europe, ce qui risque d'être un lourd fardeau à porter. Soit une progression de deux points par rapport au dernier sondage, mercredi 19 avril. C'est très loin devant Marine Le Pen et François Fillon à respectivement 14% et 16% de pronostics favorables. Ils semblent en revanche certains de l'issue de cette élection. Emmanuel Macron sera à Rouen (nord-ouest) puis à Arras (nord).

Cependant, cela ne signifie pas que les Français veulent le voir devenir président.

"La plus grande fermeté prévaut donc en la matière, sans arbitraire", a-t-il affirmé, soulignant également que la poursuite des fichés S pour "intelligence avec l'ennemi", voulu par le FN, se traduirait par des sanctions "moins fermes" que celles prévues par les nouvelles lois antiterroristes.

Marine Le Pen a notamment demandé la restauration des frontières, l'expulsion immédiate des personnes étrangères fichées "S", l'interdiction des organisations salafistes et la fermeture des mosquées islamistes. Si c'est à nouveau Jean-Luc Mélenchon qui prendra la parole le premier, il sera suivi par Hamon, Fillon, Poutou, Lassalle, Cheminade, Asselineau, Dupont-Aignan, Arthaud, Macron et Le Pen.

Recommande: