Trois morts pendant des manifestations anti-Maduro — Venezuela

22 Avril, 2017, 01:17 | Auteur: Lynn Cook

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans la capitale Caracas pour exiger le départ du président socialiste Nicolas Maduro, très impopulaire dans ce pays pétrolier plongé dans une grave crise politique et économique.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, des troubles sporadiques se poursuivaient dans certains quartiers de Caracas et d'autres villes. Au total, 7 personnes sont décédées depuis avril, dont un militaire, mort comme 4 autres personnes ce mercredi...

Selon la ministre des Affaires étrangères Delcy Rodriguez, "des bandes armées engagées par l'opposition ont attaqué une maternité avec 54 enfants".

L'opposition a appelé jeudi à de nouvelles manifestations.

" Demain à la même heure, nous appelons le peuple vénézuélien tout entier à se mobiliser ", a déclaré le dirigeant de l'opposition Henrique Capriles lors d'une conférence de presse de la Table de l'union démocratique (MUD), la coalition de l'opposition. Les violences autour de ces défilés ont déjà fait huit morts en trois semaines, dont trois jeudi, et plus de 500 personnes ont été arrêtées, selon l'ONG Foro Penal.

Un adolescent de 17 ans et une femme de 23 ans ont été tués, respectivement à Caracas et San Cristobal (ouest) par les tirs d'inconnus encagoulés circulant à moto, selon le parquet.

Son coup de fil à Barack Obama dévoilé (vidéo) — Emmanuel Macron
Une conversation annoncée par l'ancienne journaliste sur Twitter , confirmée par l'entourage de Barack Obama et dévoilée vendredi. Ce démarchage téléphonique est également effectué par l'équipe de Jean-Luc Mélenchon , mais à une échelle beaucoup plus réduite.


L'opposition a attribué les fusillades aux " colectivos ", des partisans en armes du gouvernement fréquemment soupçonnés de confrontations lors des manifestations.

À Caracas, un camion de la garde nationale a aspergé les manifestants de gaz lacrymogènes alors qu'ils occupaient les voies d'accès de la plus grande autoroute menant à la capitale. Le parquet a confirmé à l'AFP la mort du militaire.

"Je m'en fiche d'avaler du gaz, je m'en fiche de mourir, mais nous devons sortir de cette merde de gouvernement assassin et répressif", a déclaré jeudi à l'AFP une manifestante de Caracas, Natasha Borges, 17 ans. Déterminée à poursuivre les manifestations jusqu'à obtenir des élections anticipées, l'opposition a convoqué pour samedi une "marche du silence" vers les sièges de l'épiscopat vénézuélien dans tout le pays et pour lundi un "blocage national" des routes. "Nous n'avons rien à manger dans le réfrigérateur". Une vingtaine de stations de métro et de nombreux commerces de Caracas étaient fermés.

M. Maduro a activé un plan de défense renforçant la présence policière et militaire. Mercredi, il a annoncé l'arrestation de 30 personnes, accusées de vouloir provoquer des violence lors des manifestations, ajoutant être, grâce à son plan de défense, 'en train de démanteler le coup d'Etat terroriste' fomenté selon lui par les Etats-Unis. Washington a rejeté ces accusations "infondées et déraisonnables" par la voix de son représentant intérimaire à l'Organisation des Etats américains (OEA), Kevin Sullivan. 48 heures plus tard, la Cour, devant le tollé général, a préféré revenir sur cette décision.

Alors que son mandat court jusqu'à fin 2018, sept Vénézuéliens sur dix souhaitent son départ immédiat, selon un sondage Venebarometro. Il a pourtant assuré mercredi souhaiter des élections "bientôt", pour "gagner définitivement" la bataille. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recommande: