Dupont-Aignan accuse Fillon d'avoir "pris en otage l'élection"

22 Avril, 2017, 00:03 | Auteur: Lynn Cook
  • UNE MINUTE POUR CONVAINCRE - Maxime Thiébaut soutient Nicolas Dupont-Aignan

"Est-ce que je peux vous lire ce que m'a envoyé un grand patron de presse français industriel au service d'un candidat?", a-t-il lancé.

Nicolas Dupont-Aignan, invité lundi de Territoires d'info sur Sud Radio et Public Sénat, s'en est pris à "la petite classe politique qui a foiré depuis 20 ans".

" Le boycott de mon journal n'est que la conséquence ", a-t-il commencé à citer, commentant: " Je me plaignais du boycott de son journal ", avant de poursuivre la lecture "... de ton attitude contre Fillon et ce n'est pas en restant dans ton coin que tu y arriveras mais en étant dans une équipe gouvernementale ". "Il vaut mieux manger une soupe que du pain rassis." Puis il lit un échange, cette fois-ci portant explicitement sur une supposée censure: "J'ai répondu à ce grand patron de presse: "Je suis scandalisé que tu assumes ce boycott".

NDA: C'est de la censure. Il a répondu: "Si tu changes d'avis, il n'y aura plus de censure, je te le promets".

Son coup de fil à Barack Obama dévoilé (vidéo) — Emmanuel Macron
Une conversation annoncée par l'ancienne journaliste sur Twitter , confirmée par l'entourage de Barack Obama et dévoilée vendredi. Ce démarchage téléphonique est également effectué par l'équipe de Jean-Luc Mélenchon , mais à une échelle beaucoup plus réduite.


Nicolas Dupont-Aignan, candidat de "Debout la France", a tenu mercredi 19 avril son dernier meeting au Cirque d'hiver à Paris, appelant les électeurs à lui faire confiance plutôt que de voter pour des candidats du "système". Difficile, toutefois, d'imaginer cet élu avoir assez d'influence pour faire du candidat souverainiste un ministre en cas de victoire de François Fillon à la présidentielle.

Arrivé à 06h00 du matin à Rungis, le candidat d'En Marche! s'est rendu dans l'emblématique pavillon de la triperie, dont les têtes de veaux sont devenues un passage obligé pour nombre de politiques. "Je ne suis pas là pour faire du ciblage de clientèle électorale qui n'a d'ailleurs aucun sens", a répliqué Nicolas Dupont-Aignan. Depuis le 2 février, on a compté 5 articles consacrés au candidat de Debout la France dans le journal papier du Figaro, et deux articles (hors AFP) sur leur site Internet. Nicolas Dupont-Aignan avait promis qu'il dévoilerait un jour les pressions reçues pour ne pas faire campagne.

"La Société des journalistes du Figaro a sollicité Alexis Brézet, directeur des rédactions".

Recommande: