Dernier round télévisé pour les candidats — Présidentielle française

22 Avril, 2017, 01:35 | Auteur: Lynn Cook
  • Emmanuel Macron le 19 avril 2017 à Nantes

Par tirage au sort, les candidats, interviewés par les journalistes David Pujadas et Léa Salamé, se succéderont ainsi: Jean-Luc Mélenchon (20H00), Nathalie Arthaud (20H15), Marine Le Pen (20H30), François Asselineau (20H45), Benoît Hamon (21H00), Nicolas Dupont-Aignan (21H15), Philippe Poutou (21H30), Emmanuel Macron (21H45), Jacques Cheminade (22H00), Jean Lassalle (22H15) et François Fillon (22H30). Une avance confortable en comparaison aux deux derniers sondages où l'écart se resserrait. Face à François Filon elle perdrait avec 42% contre 58 et 40% contre 60 face à Jean-Luc Mélenchon comme face Emmanuel Macron. Autre thème clivant, les licenciements, Macron et Fillon voulant les faciliter avec un plafonnement des indemnités prud'homales et Mélenchon souhaitant les durcir.

Le candidat socialiste Benoît Hamon, avec 9,5 % des intentions de vote en Occitanie est largement distancé et recule de 4 points par rapport au mois de mars dans ce même sondage. Fillon et Macron visent ainsi tous deux l'ISF (le premier voulant le supprimer, le second désirant le centrer sur l'immobilier) et l'épargne (avec un taux de taxation unique à 30%, qui concernera aussi certains contrats d'assurance vie pour Macron). Mais dans la plupart des cas de figure au second tour-si elle passait- on la donne perdante.

Si après les primaires à droite et le "Penelopegate " François Fillon se trouvait dans le ventre mou des sondages, à quelques jours du premier tour il reprend des couleurs.

Crédité dans cette enquête de 25% des intentions de vote, le candidat du mouvement En Marche! progresse d'un point en une semaine, alors que le score de la présidente du Front national est stable, à 22%.

Dans le dernier duel, Marine Le Pen s'inclinerait contre François Fillon, 59% pour le député de Paris contre 41% pour la candidate d'extrême droite.

Jean-Luc Mélenchon a lui reçu les soutiens du président bolivien Evo Morales et celui plus inattendu, de l'actrice américaine Pamela Anderson. Mais avec sa remontée progressive le candidat de Les Républicains a vraisemblablement des raisons d'espérer. Quatre prétendants qui se tiennent dans la marge d'erreur des enquêtes d'opinion pour un scénario inédit dont l'épilogue est attendu le soir du 7 mai. La tâche ne serait pas simple pour Emmanuel Macron, qui s'est engagé à présenter 50% de nouvelles têtes aux législatives, et pourrait être contraint de bâtir une coalition allant de la droite de la gauche à la gauche de la droite. Récemment des accusations de proximité douteuse avec le Kremlin sont venues mettre du sable dans son moulin électoral. Pas de visite sur le terrain non plus pour Marine Le Pen, qui a décidé après la fusillade de faire une déclaration vendredi à 10 heures à son siège de campagne. Jean-Luc Mélenchon défendrait face à l'ancien banquier son ambition d'éradiquer la misère et de libérer la France du joug des traités européens, synonymes à ses yeux d'austérité et de malheur pour les peuples.

"Rien ne doit entraver" le bon déroulement de l'élection présidentielle de dimanche, a déclaré vendredi le premier ministre français Bernard Cazeneuve. Peut-être cela lui donnera plus de crédibilité aux yeux des électeurs français.

Recommande: