L'évacuation de 3.000 Syriens bloquée en route — Syrie

20 Avril, 2017, 14:45 | Auteur: Lynn Cook
  • Syrie: l'évacuation de localités assiégées reprend après un attentat

Mais les deux convois d'une soixantaine de bus, ont été bloqués jeudi, sur la route près d'Alep.

Le processus d'évacuation avait été lancé vendredi en vertu d'un accord entre le Qatar, soutien de la rébellion, et l'Iran, allié du régime.

Quelque 300 personnes, dont une majorité de combattants, avaient quitté mercredi Zabadani, ainsi que Serghaya et Jabal Charqi, qui étaient assiégées par les forces gouvernementales dans la province de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Après l'évacuation qui a tourné au carnage samedi, le processus d'évacuation de localités assiégées en Syrie a repris mercredi, sous haute surveillance, avec plusieurs dizaines de rebelles armés gardant les bus stationnés, a constaté un correspondant de l'AFP sur place. Ces véhicules ont été disposés en demi-cercle afin de limiter les risques d'attaque. "Bien sûr j'aurais préféré rester dans ma maison, mais je l'ai quittée pour mes enfants et pour leur avenir", témoigne-t-elle.

L'attentat, qui n'a pas été revendiqué, a tué au moins 126 personnes dont 68 enfants, selon l'OSDH.

À Rachidine, des combattants loyalites de Foua et Kafraya, en treillis, des enfants et des personnes âgées se baladaient dans une grande cour où étaient stationnés les bus.

Monaco élimine Dortmund et se qualifie pour les demi-finales — LDC
Mieux, ils ont été portés par des joueurs jeunes, impressionnants de maturité dans le jeu. "Désolé, ce n'est pas très original". Une statistique qui fait de lui le septième meilleur buteur français en phase finale de la Ligue des champions.


Des opérations similaires dans d'autres villes, cette fois contrôlées par des rebelles, ont été menées dans la province de Damas, toujours selon l'AFP.

Zabadani et Madaya "sont désormais vides de toute présence rebelle", a affirmé à l'AFP Mayyada al-Aswad, membre du comité de coordination du processus d'évacuation du côté du régime.

L'accord conclu par les deux parties adverses évoque la libération de 1.500 détenus dans les prisons du régime parallèlement aux deux phases d'évacuation, selon l'OSDH. Une deuxième phase de l'accord doit intervenir en juin prochain, selon les termes de l'accord, qui prévoit l'évacuation totale de 30'000 personnes.

La destination finale des habitants de localités rebelles est la province d'Idleb, contrôlée par insurgés et jihadistes. La population de Foua et Kafraya transitent par Alep, avant de se répartir dans les provinces de Damas et de Lattaquié (ouest).

Les rebelles, qui ont perdu de nombreux bastions face aux troupes du président Bachar al-Assad - fortes de l'appui de la Russie - se sont vus contraints de signer des accords d'évacuations de nombreux de leurs bastions.L'opposition a qualifié "les transferts forcés de crimes contre l'Humanité", tandis que l'ONU a critiqué des "déplacements forcés".

Recommande: