Dassault pas favorable à une JV ferroviaire Thales-Alstom

19 Avril, 2017, 00:41 | Auteur: Aubrey Nash
  • Siemens et Bombardier discutent d'un rapprochement dans le ferroviaire

Toute consolidation au sein de fabricants de matériel roulant comme Siemens, Bombardier et Alstom ne concerne pas directement Thales, spécialisé dans la signalisation ferroviaire en plus de l'aérospatiale, la défense et la sécurité, a également noté Eric Trappier, le PDG de Dassault Aviation.

Bombardier (TSX:BBD.B) a refusé de commenter les informations de l'agence américaine, tout comme la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), qui a mis la main sur 30 pour cent de la division ferroviaire de la société québécoise l'an dernier pour 1,5 milliard $ US.

Elle porte en effet sur la naissance d'une structure dans l'industrie ferroviaire qui pourrait faire de l'ombre au groupe français, recentré sur ce secteur depuis la vente de ses activités énergétiques à General Electric.

Plusieurs médias font état ce mardi de discussions entre Siemens et Bombardier en vue de la création d'une joint venture. Une transaction pourrait être annoncée au milieu de 2017, selon Bloomberg. Un éventuel regroupement devrait être avalisé par les autorités antitrust et par les syndicats européens des deux entreprises. En 2014, Siemens avait échoué dans sa tentative de mettre la main sur Alstom.

L'information a fait bondir le cours de l'action Bombardier de 5,4% en première moitié de séance à la Bourse de Toronto, tandis que celui de Siemens atteignait un record historique de 129,80 euros dans l'après-midi (+1,9%). En revanche, le titre d'Alstom perd plus de 3% à Paris.

Recommande: