126 morts dans l'attentat visant des chiites évacués — Syrie

19 Avril, 2017, 01:39 | Auteur: Lynn Cook
  • Un convoi de bus entre dans la ville rebelle de Zabadani au nord-ouest de Damas pour une opération d'évacuation de civils et combattants le 12 avril 2017 en Syrie- STRINGER- AFP

L'attaque, qui n'a pas encore été revendiquée, est survenue à Rachidine, une banlieue rebelle de la ville d'Alep, plus au nord, où avait été bloqué pendant plusieurs heures le convoi en raison de désaccords.

Parmi les victimes figurent 38 personnes évacuées des localités prorégime de Foua et Kafraya, quatre rebelles qui gardaient les bus dans une zone de transit à l'ouest de la ville d'Alep (nord) et une personne non identifiée par l'OSDH. Des bus transportant des habitants des localités rebelles ainsi que ceux convoyant ceux des zones prorégime ont repris la route vers leurs destinations finales.

Le correspondant de l'AFP a vu des gens pris de panique dans le secteur où sont stationnés les bus. A côté d'eux, des effets personnels qu'ils avaient emportés: télévisions, assiettes, vêtements.

"Il y a eu une énorme explosion", raconte Mayssa al-Aswad, 30 ans, qui était assise dans un bus avec son bébé de six mois et sa fillette de dix ans au moment de l'attaque. Au total, plus de 30'000 personnes sont censées être évacuées.

La télévision syrienne d'État a imputé aux " groupes terroristes " -terme utilisé par le régime pour désigner rebelles et djihadistes- la responsabilité de cet attentat. Cependant, l'influent groupe rebelle Ahrar al-Cham a nié toute implication des insurgés, signalant que certains de ses membres avaient été tués dans l'attaque.

Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l'ONU, Stephen O'Brien, s'est dit "horrifié" par cette attaque "monstrueuse et lâche".

"Les auteurs de cette attaque ont fait preuve d'une indifférence éhontée pour la vie humaine", s'est-il indigné.

L'attaque est intervenue au lendemain de l'évacuation simultanée de milliers de personnes de quatre localités syriennes assiégées: deux rebelles - Madaya et Zabadani- et deux favorables à Bachar al-Assad - Foua et Kafraya. Quelque 5000 personnes de Foua et Kafraya -civils et combattants- ont atteint Alep, d'où elles choisiront leur destination finale.

Les quelque 5.000 personnes de Foua et Kafraya -civils et combattants- doivent être réinstallées près de Damas et dans la province de Lattaquié (ouest), places fortes du régime, tandis que les 2.200 de Madaya et Zabadani doivent rejoindre la province rebelle d'Idleb.

Le régime de Damas, en accord avec le Qatar et l'Iran avaient alors procédé le même jour à l'évacuation de plus de 7 000 personnes, une opération qui devait se poursuivre le samedi.

Ces dernières années, et après des mois de siège, le régime a proposé des accords d'évacuation similaires.

Samedi, des combattants soutenus par Washington ont marqué une importante avancée dans leur lutte contre l'EI en arrivant aux portes de Tabqa, ville du nord de la Syrie contrôlée par les jihadistes.

Tabqa est un verrou clé sur la route menant à Raqa, capitale autoproclamée de l'EI en Syrie et véritable objectif des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Recommande: