L'opposition évoque des fraudes importantes — Référendum en Turquie

18 Avril, 2017, 00:26 | Auteur: Lynn Cook
  • Les Turcs se sont rendus aux urnes ce 16 avril 2017

En cause, la décision du Haut-Conseil électoral (YSK), de considérer comme valides les bulletins non marqués du sceau officiel des autorités électorales.

Selon le président turc, la réforme constitutionnelle est nécessaire pour doter la Turquie d'un exécutif fort et stable, et lui permettre de faire face à d'importants défis économiques et sécuritaires. Mais ses détracteurs accusent l'actuel président de dérive autocratique et de remodeler la Constitution pour assouvir sa soif de pouvoir. Dans un discours télévisé, Recep Tayyip Erdogan a salué une "décision historique " du peuple turc et appelé les pays étrangers à "respecter " le résultat du scrutin. Mieux encore, ou pire, jamais élection ou référendum n'ont été gagnés en Turquie sans l'approbation des principales villes du pays, Ankara, Istanbul et Izmir.

Le président pourra alors nommer et révoquer ses ministres.

Cependant le chef de l'Etat ne compte pas s'arrêter à cette réforme.

Selon les analystes, la victoire du "oui" atténue la perspective d'élections anticipées et conforte ainsi la stabilité du pays, mais un remaniement gouvernemental reste probable, tout comme le maintien de l'état d'urgence. Eduqué dans un lycée religieux, vendeur de rue, " Tayyip " a un temps caressé le rêve d'une carrière de footballeur, avant de se lancer dans la politique au sein de la mouvance islamiste. C'est justement le mot d'ordre du pouvoir turc et de ses partisans.

Au Parlement, des changements vont également être procédés.

Fadi Hakura, du centre d'analyses londonien Chatham House, estime que M. Erdogan ne changera pas ses méthodes après le référendum.

La Corée du Nord échoue un tir de missile
Une véritable force de frappe balistique depuis ses sous-marins renforcerait nettement la dissuasion nucléaire nord-coréenne. Selon le Pentagone et les Sud-Coréens, ce tir raté a été effectué depuis le site de Sinpo, sur la côte est.


La livre turque se traitait à 3,6740 pour un dollar dans la matinée, en hausse de plus de 1% par rapport à sa clôture de 3,7220 vendredi mais en deçà d'un plus haut de 3,6200 atteint dans la nuit.

"Les amendements constitutionnels, et particulièrement leur application concrète, seront évalués à la lumière des obligations de la Turquie en tant que candidate à l'Union européenne et en tant que membre du Conseil de l'Europe", ajoute le communiqué. Pour parachever la mutation autoritaire et policière de son régime, il évoque déjà un nouveau référendum. C'est-à-dire à la Une des journaux: la victoire du peuple, la victoire de la Turquie, la victoire d'Erdogan. Une crise diplomatique avait opposé Ankara à plusieurs pays de l'UE, notamment l'Allemagne et les Pays-Bas, après l'interdiction de meeting de soutien à M. Erdogan sur leur sol pendant la campagne.

"Etant donné le résultat serré", le Conseil de l'Europe a lui appelé les dirigeants turcs à "envisager les prochaines étapes avec prudence".

Les deux principaux partis de l'opposition turque, le CHP (social-démocrate) et le HDP (prokurde), sont allés plus loin et ont dénoncé des "manipulations" pendant le scrutin, annonçant leur intention de demander le recomptage des voix. Mais l'opposition dénonce des irrégularités.

Erdogan n'a en effet pas obtenu le plébiscite qu'il espérait, le oui l'ayant emporté avec 51,4% des suffrages, selon des résultats provisoires.

"Il appartient aux Turcs et à eux seuls de décider de leur organisation politique". " Un homme meurt, son oeuvre lui survit ", répète souvent le chef de l'État, multipliant les références aux sultans.

Recommande: