La France tenue en haleine à une semaine de la présidentielle

18 Avril, 2017, 01:53 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le premier débat télévisé entre les principaux candidats à la présidentielle Francois Fillon Emmanuel Macron Jean Luc Melenchon Marine Le Pen Benoit Hamon le 20 mars à Aubervilliers

" François Fillon, dans sa campagne, a décidé (...) de réveiller une part de la droite qui ne se sent plus totalement à l'aise dans la poursuite de l'intérêt général républicain (...) Il a décidé d'attaquer le cœur de la démocratie et ça, c'est dangereux ", a-t-il renchéri. Alors que beaucoup de sondages le plaçaient derrière Jean-Luc Mélenchon, la tendance semble s'inverser car, d'après le baromètre agricole Terre-net BVA, le candidat des LR fonce tout droit vers le premier tour de la présidentielle. "Parce que, ce qu'il y a de fascinant, c'est que si Emmanuel Macron est vu comme un candidat de la droite par les partisans de Benoît Hamon, la droite le voit comme un candidat de gauche".

Si bien que l'hypothèse que n'envisage pas la plupart des médias - comme ils n'envisageaient pas la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis - est loin de relever de la science-fiction.

Certains sondages montrent aussi par exemple que Mélenchon pourrait bien passer au second tour et l'emporter en cas de duel avec Marine Le Pen. "On entend tout et n'importe quoi".

Pour d'autres, l'auto-sabordage que constitue cette tentative de communication hasardeuse ne peut relever que d'un masochisme inconscient. Une nouvelle un peu inquiétante pour le candidat d'En Marche, ses électeurs sont ceux qui se disent les moins sûrs de leur choix parmi les quatre favoris du premier tour. "C'est une campagne très atypique, entièrement phagocytée par François Fillon", ajoute cette spécialiste de communication politique.

L'ex-présidente va être jugée pour corruption — Corée du Sud
Les procureurs ont accéléré leur enquête dans le but de la conclure avant le début aujourd'hui de la période de campagne de l'élection présidentielle.


Au jeu des pronostics, le vice-président du Front national Florian Philippot ne croit "pas du tout" à la présence de Jean-Luc Mélenchon au second tour, a-t-il dit lundi sur CNews. (G) et la présidente du Front national Marine Le Pen.

L'image, qui a pourtant fait le tour du net la semaine passée, a échappé à cet élu municipal de droite qui pensait prouver qu'Emmanuel Macron tenait ses meetings devant des salles vides. "Bref, tout ce qui est détesté par une partie de la droite".

Dans les intentions de vote, BVA crédite Emmanuel Macron de 23%, suivi de Marine Le Pen (22%) alors que François Fillon et Jean-Luc Mélenchon sont donnés à égalité (20%).

Dans un entretien diffusé, dimanche soir sur France 5, François Hollande, qui multiplie depuis plusieurs jours les mises en garde contre les extrêmes à l'approche du premier tour de la présidentielle, s'en est pris à Jean-Luc Mélenchon, estimant que le leader de La France insoumise "a des facilités qui quelquefois tombent dans le simplisme", évoquant en particulier ses positions sur la Syrie, la Russie, l'Otan et l'Union européenne.

Recommande: