Corée du Nord: un nouveau tir de missile balistique échoue

18 Avril, 2017, 00:54 | Auteur: Aubrey Nash
  • Image prétexte

Quelques heures plus tôt, Donald Trump avait évoqué la Corée du Nord au détour d'un tweet sur sa décision de ne plus accuser la Chine de manipuler sa monnaie. Ni Séoul ni Washington n'ont été en mesure de déterminer dans l'immédiat la nature du missile en question, mais le timing de ce tir semble avoir été soigneusement choisi.

Ce discours de Choe samedi a précédé la parade elle-même, lors de laquelle des milliers de soldats ont défilé au pas de l'oie devant le leader du régime, Kim Jong-Un, après avoir patienté des heures dans des centaines de camions alignés le long des rives du Taedong, le fleuve qui traverse la capitale nord-coréenne. Mais pour tenter de trouver une solution à cette crise, les Etats-Unis travaillent actuellement avec les dirigeants chinois, rapporte le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

La Corée du Sud puis le commandement des forces américaines dans le Pacifique ont annoncé qu'un tir avait été mené dimanche matin heure de Corée (21H21 GMT samedi), depuis le site de Sinpo sur la côte est.

Le Pentagone a confirmé la tentative nord-coréenne de réaliser un nouveau tir de missile et que ce test avait "presque immédiatement échoué".

Selon lui, Washington avait anticipé le tir.

"Ce dernier test s'inscrit dans un schéma de comportement provocateur, déstabilisateur et menaçant de la part du régime nord-coréen", a déclaré le général McMaster dans l'émission "This Week" de la chaîne ABC.

L'UEFA ouvre des procédures disciplinaires contre les deux clubs — Lyon-Besiktas
Des violents incidents avaient déjà éclaté plus tôt aux abords du stade entre supporters turcs et forces de l'ordre. Les CRS sont intervenus à coups de gaz lacrymogènes pour les séparer et cloisonner les deux groupes.


Pyongyang a considérablement accéléré ses programmes balistiques et nucléaires, pourtant interdits par la communauté internationale.

M. Pence doit rencontrer lundi le président en exercice sud-coréen Hwang Kyo-Ahn pour des discussions centrées sur l'armement nord-coréen et un programme controversé de défense antimissiles américain baptisé THAAD. Et avant la parade du 15 avril, Pyongyang avait appelé Washington à mettre fin à son "hystérie militaire" et menacé de répondre à toute provocation à son encontre, après que les Etats-Unis ont envoyé vers la péninsule coréenne le porte-avions Carl Vinson et son groupe aéronaval.

"Laissez-moi vous assurer que sous la direction du président Trump, notre détermination n'a jamais été aussi forte, notre engagement dans cette alliance historique avec le peuple courageux de Corée du Sud jamais aussi fort. Avec votre aide et celle de Dieu, la liberté prévaudra à jamais sur cette péninsule", a lancé dimanche le vice-président américain.

Le numéro 2 du régime nord-coréen, Choe Ryong-Hae, avait promis samedi que son pays était "prêt à répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire à sa façon". Mais Pékin, qui maintient qu'il s'agit de "la seule option réalisable", a mis Washington au défi d'avancer "une meilleure proposition".

Les commentaires sont fermés.

Recommande: