Corée du Nord: tir de missile raté, une "provocation" pour Washington

18 Avril, 2017, 00:53 | Auteur: Lynn Cook
  • Pyongyang rate un essai de missile après un défilé militaire géant

En pleine "hystérie militaire", la Corée du Nord a célébré le 105e anniversaire de son fondateur Kim Il-sung en organisant un défilé militaire à Pyongyang, lors duquel le pays a fait étalage pour la première fois de ses missiles balistiques mer-sol.

Mike Pence, dont le père a servi pendant la guerre de Corée du 1950 à 1953, s'est dit touché d'être à proximité de la zone et a salué l'alliance américaine avec la Corée du Sud.

La Corée du Sud apportera une réponse " décisive " aux " provocations " de Pyongyang, a déclaré le ministre de la Défense sud-coréen lors d'une réunion du conseil de la défense qui a suivi le tir de missile réalisé dimanche par la Corée du Nord, relate l'agence Yonhap. Mais d'après les médias sud-coréens, cet essai s'est soldé par un échec.

Les Etats-Unis n'excluent aucune option pour régler le problème des programmes balistique et nucléaire nord-coréens, a également déclaré le vice-président américain. Une parade au cours de laquelle ont été exhibés une soixantaine de missiles et notamment ce qui semblait être un nouveau type de missile balistique intercontinental.

Le régime nord-coréen se dit prêt à riposter de manière nucléaire à une attaque nucléaire.

La Corée du Nord a pour habitude de marquer les grandes dates du régime par des tirs de projectiles, dont certains se sont récemment abîmés dangereusement près du Japon.

Selon les analystes de "8 North, un site internet qui fait autorité sur le régime communiste et qui s'appuie sur plusieurs images satellites récentes, le site d'essais nucléaires de Punggye-ri est ainsi "amorcé et prêt" à servir".

"Il est probable que ce tir était un essai d'un nouveau type de missile, ou d'un missile amélioré, ce qui fait qu'il est fort possible qu'il y ait prochainement une nouvelle provocation", a déclaré Kim Dong-Yub, expert à l'Institut des études d'extrême-Orient de l'Université Kyungnam de Séoul.

Dans une entrevue exclusive accordée à l'Associated Press plus tôt, le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Han Song Ryol, a ajouté que son pays était prêt à lancer des frappes préventives si les États-Unis montraient des signes d'agressions militaires.

Trump n'envisage pas d'action militaire pour le moment, a précisé McMaster, malgré le changement de cap annoncé le 9 avril du groupe aéronaval Carl Vinson, qui se dirige vers la péninsule coréenne.

En marge de la parade, le numéro deux de la Corée du Nord, Choe Ryong-hae, vice-président du Parti du Travail de Corée (WPK), a accusé Donald Trump de "créer une situation de guerre" dans la péninsule coréenne et a promis de "répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire à [leur] façon".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Recommande: