Attaque "chimique": les Etats-Unis frappent la Syrie

18 Avril, 2017, 01:14 | Auteur: Lynn Cook
  • Les États-Unis frappent une base aérienne en Syrie

La Russie demande une réunion d'urgence du Conseil de Sécurité de l'ONU.

Quelques heures plus tard, vers 03H40 locale (00H40 GMT), deux navires américains tirent 59 missiles de croisière Tomahawk vers la base aérienne syrienne d'Al-Chaayrate, dans le centre du pays. M. Netanyahu avait appelé cette semaine à l'action de la communauté internationale pour éliminer les armes chimiques en Syrie. C'est ma conviction: quand on frappe Bachar Al-Assad, quand on frappe ses forces, c'est toujours bienvenu, c'est toujours dans l'intérêt des Syriens.

Dans une brève allocution, le président français, François Hollande, a annoncé que la France et ses partenaires, notamment européens, vont tout mettre en oeuvre pour réengager le processus de transition politique en Syrie.

"Bachar Al-Assad dirige un régime meurtrier et est prêt à tout pour garder le contrôle sur la Syrie". Son homologue allemand Sigmar Gabriel a estimé que les frappes étaient "compréhensibles", tout en appelant à une solution politique sous l'égide de l'ONU.

Londres a annoncé "soutenir pleinement l'action des États-Unis". Le porte-parole de Poutine a confié que ces frappes causaient un "préjudice considérable " à leur relation. "Il y a des blessés qui sont atteints de brûlures" et "des incendies que nous tentons de maîtriser", a pour sa part indiqué Talal Barazi, le gouverneur de Homs. Washington accuse le régime syrien d'avoir utilisé à Khan Choukheir " un agent neurotoxique qui a les caractéristiques du sarin ", selon un haut responsable de la Maison Blanche.

5h50 Israël a apporté son soutien "total" vendredi aux frappes déclenchées par les États-Unis contre la Syrie, un "message fort" que devraient entendre aussi l'Iran et la Corée du Nord, a indiqué le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson avait déclaré lors d'une visite en Turquie fin mars que le sort du président Assad devait être décidé par "le peuple syrien".

Quant aux éventuels stocks d'armes chimiques, le renseignement américain pense que le régime syrien en dispose encore en dépit de l'accord de septembre 2013 par lequel il acceptait le démantèlement de son arsenal chimique sous l'égide de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

- Au Portugal, le ministre des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva, "comprend" les frappes américaines et souhaite "une position et une réaction commune de la part de l'Europe". " Le plus grave selon Poutine, a-t-il ajouté, est que cela ne nous rapproche pas de l'objectif ultime dans la lutte contre le terrorisme international mais crée, au contraire, un sérieux obstacle à la création d'une coalition internationale".

"Je considère que cette opération était une réponse". Selon Le Parisien ce vendredi 7 avril, les remords du chef de l'État n'ont fait que s'intensifier avec l'attaque de mardi dans la province d'Idleb (nord-ouest), qui a fait des dizaines de morts dont une trentaine d'enfants.

Recommande: