Après un défilé militaire géant, Pyongyang rate un essai de missile

18 Avril, 2017, 01:02 | Auteur: Lynn Cook
  • Le site d'essais nucléaires nord-coréen

Cette tentative de la Corée du Nord intervient au lendemain d'un défilé militaire géant organisé à Pyongyang, sa capitale, pour le 105e anniversaire de la naissance de son fondateur Kim Il-sung, lors duquel ont été présentés ce qui ressemble à de nouveaux missiles balistiques de longue portée.

"La Corée du Nord a tenté de tester un type de missile non identifié ce matin, depuis la zone de Sinpo, dans la province de Hamkyong, mais nous estimons que ce test a échoué", a précisé le ministre sud-coréen, au sujet de ce tir largement attendu de la part du régime de Pyongyang, alors que la tension est au plus haut avec les Etats-Unis depuis que le président Donald Trump a affirmé jeudi sa volonté de "traiter" le "problème" nord-coréen. La Corée du Nord a pour habitude de marquer les grandes dates du régime par des tirs de projectiles, dont certains se sont récemment abîmés dangereusement près du Japon. "Mais toutes les options sont sur la table et nous demeurons au côté des Sud-Coréens", a assuré Mike Pence en visite dans le village frontalier de Panmunjom, où avait été signé le cessez-le-feu de 1953. "Le message du peuple des Etats-Unis d'Amérique est que nous recherchons la paix, mais l'Amérique a toujours cherché à parvenir à la paix en utilisant la force, et mon message aujourd'hui, alors que je me tiens avec les forces américaines en Corée, avec les militaires courageux de la République de Corée, est un message de détermination", a-t-il dit. Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a estimé qu'avec ce tir, "la Corée du Nord menace le monde entier". Selon Washington, il aurait explosé dès son lancement.

Cyclisme : Trois nouvelles médailles pour la France dans les Mondiaux sur piste!
C'était difficile pour moi l'an passé, je n'avais pas une bonne condition. Les Français remettent les pendules à l'heure à Hong-Kong.


À l'appui de ces menaces, et en réponse à plusieurs tirs de missiles récents de la part de Pyongyang, les États-Unis ont annoncé le 9 avril que le porte-avions Carl Vinson et son escadre de destroyers et de croiseurs lance-missiles avaient reçu l'ordre de faire route vers la péninsule coréenne.

Et reprenant la rhétorique bien connue de Pyongyang, le numéro 2 du régime nord-coréen Choe Ryong-Hae a promis samedi que son pays était "prêt à répondre à une guerre totale par une guerre totale".

Recommande: