Macron, Le Pen, Fillon et Mélenchon dans un mouchoir — Sondage

17 Avril, 2017, 00:36 | Auteur: Ruben Ruiz
  • François Hollande à l'Elysée le 11 avril 2017           Philippe LOPEZ- AFP

Quelle est la situation à sept jours du scrutin? Au même moment Emmanuel Macron offrira une grande messe à ses partisans à Paris-Bercy. Le désir de faire table rase du passé est si fort dans l'électorat que l'affrontement entre Macron et Mélenchon au second tour donne un résultat beaucoup plus serré que l'hypothèse Macron-Le Pen. 66% de ses électeurs potentiels sont certains de lui accorder leur vote. Il y a un fléau pour les petits candidats qui s'appelle le vote utile.

Une critique visant apparemment la quasi-totalité des principaux candidats, à commencer par celui de la droite François Fillon, mis en examen pour des emplois présumés fictifs dans sa famille, et Jean-Luc Mélenchon, qui avait arboré un rameau d'olivier lors d'un rassemblement à Marseille devant des dizaines de milliers de personnes le 9 avril.

- Les faiblesses d'Emmanuel Macron sont donc limitées à sept jours du vote mais, néanmoins, elles existent.

Autre signe positif le concernant, son socle poursuit également sa solidification. A une semaine du premier tour ne reste qu'une certitude... c'est qu'on ne sait rien. Privilégiant pendant une heure et vingt minutes de discours les attaques contre le candidat LR, au coude-à-coude avec lui pour la troisième place des intentions de vote au premier tour de la présidentielle dimanche prochain, Jean-Luc Mélenchon lui a reproché ses " bondieuseries ".

Pour le candidat de la France insoumise, aux prises avec Marine Le Pen, Emmanuel Macron et François Fillon pour une qualification pour le second tour, défend sa démarche et sa stratégie envers et contre tout. Macron vainqueur face à Fillon et Mélenchon.

Le candidat de la France insoumise à la présidentielle réfute être d'"extrême gauche", dans un entretien dans Le Parisien.

- L'importance du vote blanc et de l'abstention est problématique alors même que les menaces que nous venons de voir sont si importantes. Pour eux, cela ne semble donc pas être l'orientation libérale ou antilibérale de ces candidats qui motive leur choix, mais bien autre chose.

- Quoi qu'il arrive, le paysage politique d'après le premier tour sera très largement impacté. A première vue, le bon vieux clivage droite-gauche aurait pu jouer un rôle-clef dans cette présidentielle dans une logique d'alternance classique entre socialistes et néogaullistes.

Recommande: