Présidentielle : Mélenchon se rapproche de Le Pen et Macron (sondage)

16 Avril, 2017, 09:44 | Auteur: Sandy Vega
  • Les affiches de campagne à Montmartre à Paris le 9 avril 2017

Sa campagne a été minée par les trahisons en pagaille de son propre camp au profit de Macron, ancien ministre de l'Economie de François Hollande, et la montée de candidats clivants qui ont séduit un électorat désabusé. Il devance désormais d'un point Marine Le Pen.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il poursuit sa hausse entamée il y a plus d'un mois, et obtient son meilleur score depuis le début de la campagne.

Le principal enseignement des derniers sondages disponibles, dont celui d'Odoxa pour FranceInfo rendu public ce vendredi, est que l'indécision des électeurs demeure à un niveau record. François Fillon arrive quatrième avec 19% et regagne un point comparativement à la précédente vague (du 7 au 9 avril). Marine Le Pen est par exemple la seule dans ce sondage hebdomadaire à perdre un point, tandis que les duo de poursuivants prend un point chacun. De quoi, peut-être, lui redonner le sourire.

En terme d'intentions de vote, la chute de Marine Le Pen continue. Derrière lui, Benoît Hamon fait un léger rebond en reprenant 1% dans le sondage. 78 % de ceux de François Fillon se disent sûrs de leur choix, de même que 67 % des électeurs d'Emmanuel Macron, 66 % de ceux de Jean-Luc Mélenchon et 67 % de ceux de Benoît Hamon.

Un taux de volatilité de 34%

.

Dans les projections du second tour, l'Institut table sur six hypothèses, eu égard au resserrement des écarts dans les intentions de vote pour le premier tour de scrutin, Jean-Luc Mélenchon étant désormais inclus. La raison de cette grande incertitude: aucun candidats ne répondent à leurs attentes. Il était de 38% la semaine dernière.

A l'extrême gauche, Nathalie Arthaud, candidate de Lutte ouvrière, Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti anticapitaliste, le centriste Jean Lassalle qui se pose en défenseur de la ruralité, puis les souverainistes et eurosceptiques Nicolas Dupont-Aignan, François Asselineau, candidat inattendu de l'Union populaire républicaine, et Jacques Cheminade. Échantillon de 1439 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d'un échantillon représentatif de 1504 Français âgés de 18 ans et plus. Si on admet que M. Macron fait maintenant la course en tête, il faudrait, pour que la représentante du Front ne franchisse pas le cap, qu'elle soit rattrapée par M. Fillon (avec au moins trois points supplémentaires) ou par M. Mélenchon qui, lui, aurait besoin de quatre points de plus. Le pourcentage a donc 95% de chance d'être compris entre 17,5% et 22,5%.

Les intentions de vote ne constituent pas une prévision de résultat, elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Recommande: