Trump: ce serait "merveilleux" si les Etats-Unis, la Russie, l'Otan "s'entendaient"

15 Avril, 2017, 15:25 | Auteur: Lynn Cook

Pour le quotidien américain, le président a ainsi effectué "un virage à donner le tournis".

En déclarations tapageuses et réalité, difficile de cerner la stratégie de Donald Trump. Pour justifier son inattendu changement de position, le président des Etats-Unis a affirmé que l'OTAN se serait investie - sous sa pression - dans la lutte contre le terrorisme. La Maison-Blanche avait pourtant tendu la main au Kremlin à l'entrée en fonction du président américain. "Son administration accuse Moscou de tenter de déguiser une attaque à l'arme chimique de la Syrie contre des civils, et son secrétaire d'État lance des ultimatums appelant la Russie à choisir son camp", entre les États-Unis et le régime de Bachar El-Assad. Le président russe a, une nouvelle fois, exclu toute responsabilité de l'armée de Bachar al-Assad dans l'attaque chimique sur Khan Cheikhoun.

"Les choses vont s'arranger entre les Etats-Unis et la Russie". Le Président américain montre ainsi que les États-Unis sont capables de prendre une initiative au sujet d'un pays dont la Russie a montré qu'elle était directement concernée.

La guerre en Syrie demeure le contentieux le plus lourd entre Washington et Moscou, Donald Trump traitant son homologue syrien Bachar al-Assad de "boucher" et d'"animal" et jugeant "possible" que la Russie ait été au courant de l'attaque chimique du 4 avril, imputée au régime de Damas. A l'heure actuelle, nous ne nous entendons pas du tout avec la Russie.

Très critique envers l'OTAN, la qualifiant d'organisation "obsolète", Trump a également changé son fusil d'épaule.

Le président des États-Unis a même a déclaré que l'Otan était un "rempart pour la paix internationale".

Le chef de la diplomatie russe a insisté sur le fait que les tirs de missiles américains contre une base syrienne la semaine dernière étaient 'illégaux' et indiqué qu'il insisterait lors de sa discussion avec le secrétaire d'Etat sur le fait qu'une telle frappe ne devait pas de reproduire.

Les espoirs de rapprochement avec Moscou du président Trump semblent avoir fait long feu.

De ce point de vue, il est donc vrai que les frappes américaines ont véritablement constitué une surprise pour les observateurs internationaux. "Nous ne pouvons permettre une enquête que si (.) des pays impartiaux y prendront part pour être sûrs qu'elle ne sera pas utilisée à des fins politiques".

Recommande: