Quand Trump confond l'Irak et la Syrie en évoquant le raid américain

15 Avril, 2017, 14:12 | Auteur: Lynn Cook

"Et j'ai dit: 'Monsieur le Président, laissez-moi vous expliquer quelque chose'". Plus tard, dans l'interview, le président se méprend lorsqu'il doit évoquer le pays qu'il a bombardé.

Mais les Etats-Unis et la Russie restent aux antipodes sur la Syrie.

Le président américain s'exprimait à l'issue d'une visite très tendue à Moscou de son secrétaire d'Etat Rex Tillerson, lequel a vu le président Poutine et son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Qualifié de président "isolationniste" voulant dégager l'Amérique des crises internationales, il avait rejeté cet adjectif à la mi-mars.

Quel moment incroyable lorsque lors d'une interview diffusée mercredi 12 avril sur la chaîne Fox Business, Donald Trump raconte comment il a informé jeudi 6 avril le président chinois de la frappe américaine sur la Syrie. juste après le "gâteau au chocolat".

La diplomatie russe espère des "négociations productives" avec le secrétaire d'Etat, disant rechercher une "coopération constructive" et non la "confrontation" avec les Etats-Unis. La diplomatie russe souhaite pour sa part que Washington fasse pression sur Kiev pour qu'il "applique strictement ses engagements" prévus par les accords de paix de Minsk pour l'est de l'Ukraine.

A Moscou, Rex Tillerson - après avoir semblé s?accommoder fin mars d'un maintien au pouvoir du président syrien - a réclamé son départ "organisé" dans le cadre d'une transition politique. Mais dans sa prise de parole, le milliardaire s'est mélangé les pinceaux entre l'Irak et la Syrie. Il a traité le président Bachar al-Assad de "boucher et d'"animal".

Sur le terrain, les combats ont continué mardi, et deux soldats russes qui officiaient comme instructeurs pour l'armée syrienne ont été tués par un obus de mortier, a annoncé l'armée russe dans un communiqué, sans précision de date ni de lieu. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Recommande: