Vel d'Hiv: Israël condamne les propos de Marine Le Pen

14 Avril, 2017, 12:30 | Auteur: Sandy Vega
  • Marine Le Pen

À deux semaines du premier tour, Marine Le Pen fait polémique après des propos sur la rafle du Vel d'Hiv. Marine Le Pen a remis en cause l'implication de la France sous l'occupation nazie lors de la rafle du Vél'd'Hiv.

Face aux critiques, la présidente du parti d'extrême droite a cherché à clarifier son discours dans la soirée, précisant que sa position faisait suite "à l'ordonnance du 9 août 1944 qui a frappé d'inexistence juridique le régime de Vichy, régime collaborateur et illégal". Une thèse définitivement contredite, en 1995 par le président tout juste élu Jacques Chirac, qui avait alors reconnu solennellement la responsabilité de la France.

Marine Le Pen en meeting à Paris, le 11 octobre 2016.

Il ne faut pas avoir de complaisance ou minimiser ce qu'est le Front national aujourd'hui dans notre pays. "Donc c'est une faute grave, ce qu'elle a fait", a-t-il jugé. "Je pense que Jacques Chirac avait justement pris ses responsabilités et eu un geste courageux".

À droite aussi, la condamnation n'a pas tardé, l'élu régional (sud) Christian Estrosi jugeant que "Marine Le Pen rejoint son père sur le banc de l'indignité et du négationnisme".

Présidentielle: forte poussée de Mélenchon, juste derrière Fillon
Le président reste, en revanche, derrière le populaire Bernard Cazeneuve qui sortira de Matignon avec une popularité de 53%. Et Mélenchon battrait Le Pen au second tour, avec 57% des voix, contre 43%.


"Des propos révisionnistes qui dévoilent le véritable visage du Front National", a fustigé le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

"Nous condamnons les déclarations de Marine Le Pen disant que la France n'était pas responsable de la déportation des juifs sur son territoire pendant l'Holocauste", a déclaré lundi une porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien.

Selon le politologue Bruno Jeanbart, Marine Le Pen, qui a qualifié les chambres à gaz de "summum de la barbarie" en 2011, avait toutefois "jusque là toujours hésité, refusé le débat" sur le passé de la France.

Les 16 et 17 juillet 1942, en pleine Seconde Guerre Mondiale, plus de 13 000 juifs sont arrêtés à Paris et en banlieue par la police française, sur demande des autorités allemandes. Seuls quelques dizaines d'individus survivront à ce crime antisémite. "Pour mémoire encore, parmi les fondateurs du FN figurent plusieurs collabos, miliciens et Waffen-SS condamnés à la Libération" a attaqué Dominique Sopo, président de SOS Racisme. "Le bulletin de vote, c'est souvent la dernière arme que l'on a, le dernier pouvoir pour changer son propre destin comme celui de la nation". Une manière de dire que le gouvernement de Vichy est responsable et qu'il n'était pas la France. "Ce lien d'amour est fondamental" déclarait la candidate à l'élection présidentielle.

Pour Jean Lassalle Marine Le pen "revient avec de l'alcool à brûler sur des plaies pas tout à fait cautérisées", a-t-il estimé, considérant que la présidente du Front national tentait ainsi de "dresser les Français les uns contre les autres". Et le candidat LR d'enfoncer: "Je trouve que le Front national est extrêmement mal placé pour parler de ces sujets, lui qui compte dans ses rangs beaucoup de nostalgiques du régime de Vichy".

Recommande: