Attentat de Saint-Pétersbourg : où en est l'enquête ?

14 Avril, 2017, 11:34 | Auteur: Sandy Vega
  • ILLUSTRATION. Une bombe aurait explosé dans une station du métro de Saint-Pétersbourg

Le kamikaze dans le métro de Saint-Pétersbourg était un ressortissant kirghiz, Akbarjon Djalilov (...), né en 1995. "Il s'agit d'Akbarjon Djalilov", a indiqué dans un communiqué le Comité d'enquête, qui a ouvert une enquête pour "acte terroriste" après l'explosion qui a fait 14 morts lundi.

Peu après, dans une autre station en plein centre historique, Plochtchad Vosstaniïa, un employé du métro signale la présence d'un sac abandonné, lequel contenait une bombe désamorcée à temps.

"Le président est informé quasiment en temps réel par les services spéciaux et d'enquête", a assuré son porte-parole Dmitri Peskov, cité par les agences russes.

Au cours d'un entretien téléphonique, M. Trump a présenté ses condoléances et condamné l'attentat qui a coûté la vie à onze personnes.

Ce drame intervient alors que l'organisation État islamique (EI) avait appelé à frapper la Russie après son intervention en soutien aux forces de Bachar al-Assad en Syrie, fin septembre 2015.

Cinq morts dans des combats sur une île touristique aux Philippines
Fin février, le groupe a posté une vidéo de la décapitation de l'Allemand Jurgen Kantner, 70 ans, enlevé en novembre sur son yacht.


La police antiterroriste a confirmé mardi l'identité du kamikaze à l'origine de l'attaque du métro de Saint-Pétersbourg.

"Le conducteur a pris la bonne décision de continuer sa route jusqu'à la station, ce qui a permis de procéder rapidement à l'évacuation et à l'aide aux victimes", a déclaré le Comité d'enquête. Le pays a depuis été victime de plusieurs attaques mais toutes étaient situées au sein des instables républiques russes du Caucase, les services de sécurité russes annonçant à plusieurs reprises avoir démantelé des cellules jihadistes qui s'apprêtaient à frapper Moscou et Saint-Pétersbourg.

A l'échelle nationale, les services antiterrroristes ont annoncé avoir renforcé les mesures de sécurité notamment dans les transports. Après plusieurs heures de fermeture complète, le réseau métropolitain de Saint-Pétersbourg a recommencé à fonctionner partiellement dans la soirée, à la veille de la première des trois journées de deuil décrétées dans l'ancienne capitale impériale.

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande ont eux souligné mardi "l'importance de renforcer la coopération pour lutter contre la menace terroriste commune pour tous les Etats", lors d'un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine, selon un communiqué du Kremlin. En 2013, deux attentats suicide à Volgograd (sud) avaient fait 34 morts, quelques semaines avant les Jeux Olympiques de Sotchi.

Recommande: