Des armes et des centaines de kg d'explosifs découverts — L'ETA se désarme

13 Avril, 2017, 01:01 | Auteur: Sandy Vega
  • L'organisation ETA confirme son désarmement le 8 avril

L'ETA, organisation séparatiste basque espagnole a remis une liste de 8 caches d'armes situées dans le sud-ouest de la France, aux autorités françaises. 'Au fur et à mesure de ces localisations, les forces de l'ordre et de sécurité procèdent en temps réel à la sécurisation de ces sites et à la sécurisation des armes et explosifs qui pourront y être découverts', a expliqué le ministre. "Le gouvernement français se félicite de cette opération, menée dans le calme et sans violence".

ETA, organisation socialiste révolutionnaire basque de libération nationale, souhaite informer le Peuple Basque et la Communauté internationale qu'à ce jour elle est une organisation désarmée, car les armes et les explosifs qui se trouvaient sous son contrôle sont à présent entre les mains de la société civile.

En prévision de cette opération, qui avait été annoncée à l'avance, Le procureur de Paris indique qu'il a ouvert dès mardi une enquête préliminaire "des chefs d'infractions à la législation sur les armes en bande organisée et en lien avec une entreprise terroriste, infractions à la législation sur les explosifs en bande organisée et en lien avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste".

Jean-Luc Mélenchon "est devenu la gauche, en quelque sorte" — Présidentielle
Emmanuel Macron, lui, bénéficie d'un électorat plus stable que lors des mois précédents, et ce malgré sa baisse dans les sondages. En troisième position, le score de François Fillon connaît une inflexion légèrement positive.


À leur arrivée sur l'un des sites, à Etxarri, dans la montagne pyrénéenne, les policiers ont eu la surprise de trouver le député européen EELV José Bové, qui les attendait pour les guider.

La police française doit dorénavant s'assurer que ces caches correspondent à ce qu'ils savent de l'arsenal d'ETA. La justice devra ensuite vérifier si certaines des armes saisies ont pu servir à des assassinats. Sous l'égide des "artisans de la Paix", un collectif issu de la société civile basque, 20 000 personnes selon les organisateurs (6 000 à 7 000 selon la police) ont acté le désarmement de l'ETA, l'organisation séparatiste basque. ETA, qui avait renoncé à la lutte armée en 2011 mais est toujours classée comme "organisation terroriste" par l'Union européenne (UE), avait annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi, dans un communiqué à la radio-télévision britannique BBC, son "désarmement total" pour le samedi 8 avril. Selon un expert du conflit basque, Jean Chalvidant, l'ETA a mis en scène un "show" pour redorer une "image désastreuse", alors qu'elle "se sait vaincue". Née en 1959 en pleine période franquiste, l'ETA avait déjà pris une décision historique en octobre 2011 en renonçant officiellement à la lutte armée pour porter ses revendications indépendantistes. L'Espagne qui dénombre 829 morts vit entre soulagement mais aussi lassitude, voire indifférence, devant la lente agonie de l'ETA, dont beaucoup estiment que le désarmement arrive tard.

Mais ETA refusait son désarmement et sa dissolution exigés par Madrid et Paris, réclamant une négociation sur ses membres détenus (337, dont 75 en France et une centaine purgeant des peines de plus de dix ans de prison).

Recommande: