Il a payé son billet mais est expulsé de force

12 Avril, 2017, 02:27 | Auteur: Lynn Cook
  • Il a payé son billet mais est expulsé de force

Quelques heures avant le décollage, quatre membres d'une compagnie partenaire d'United se présentent au comptoir et demandent à embarquer pour rejoindre Louisville (Kentucky), où ils étaient attendus à bord d'un autre vol.

Ils ont largement usé de force et de brutalité pour sortir l'un deux, comme en atteste cette vidéo partagée sur les réseaux sociaux.

Mais il a aussi défendu le comportement des forces de sécurité face à un passager "agressif et récalcitrant " dans une lettre aux employés de United Airlines: les procédures "ont été respectées", et si le dirigeant dit "regretter profondément " cet épisode, il assure "soutenir catégoriquement " les employés qu'il "félicite pour leurs efforts constants pour assurer la bonne marche des vols ".

D'autres se sont amusés à imaginer des patrouilles armées jusqu'aux dents, braquant les passagers dans les allées de l'appareil.

C'est là que les choses ont dégénéré. Et plus rien. Et pour cause, le passager qui a été filmé dans le vol 3411 entre Chicago et Louisville (Etats-Unis) est tombé dans les pommes quand il a été évacué de l'appareil.

Devant le refus compréhensible des passagers, l'équipe a alors expliqué qu'elle allait devoir avoir recours à un tirage au sort, afin que les passagers exclus soient sélectionnés de manière "juste".

"L'un des clients a refusé de quitter la cabine volontairement et la police a été appelée à la porte d'embarquement", a détaillé un porte-parole d'United, Charlie Hobart, cité par le Chicago Tribune.

Car cette évacuation musclée a été filmée par plusieurs autres passagers, puis partagée sur les réseaux sociaux, où elle a été vue puis abondamment commentée. On y voit l'homme à terre, tiré par les bras, le visage ensanglanté après avoir heurté un accoudoir. "Mais c'était incroyable de les voir l'attraper ainsi et le traîner", a raconté Tyler Bridges.

Les compagnies aériennes américaines sont autorisées à forcer des passagers à quitter des vols surbookés, en échange de dédommagements, si elles ne parviennent pas à trouver suffisamment de volontaires, selon le ministère américain des Transports.

La controverse a pris encore plus d'ampleur lorsque la compagnie a décidé de réagir dans un communiqué. "Nous tentons également de contacter ce passager pour lui parler directement et pouvoir résoudre ce problème".

Recommande: