Un Ouzbek pro-Daech large — L'attentat de Stockholm

11 Avril, 2017, 02:09 | Auteur: Lynn Cook
  • Et soudain Stockholm la paisible plonge dans l'horreur

Un deuxième suspect a été arrêté et placé en garde à vue dimanche sous le même chef de poursuites, a indiqué à l'AFP la juge Helga Hullman du tribunal de Stockholm, sans préciser ses liens avec le suspect principal.

L'homme montrait "de l'intérêt pour des organisations extrémistes comme l'État islamique" (EI), a déclaré un chef de la police nationale, Jonas Hysing, sans autre précision.

Selon la police suédoise, l'auteur de l'attaque est un Ouzbek de 39 ans montrant un intérêt pour les groupes jihadistes et sous le coup d'une procédure d'expulsion. "Nous ne pouvons pas dire ce que c'est à ce stade ... si c'est une bombe ou un engin inflammable ", a-t-il dit. Le mode opératoire, dit du "camion-bélier", est identique à celui utilisé à Londres le 22 mars, à Berlin le 19 décembre 2016 et à Nice le 14 juillet 2016.

Le suspect est soupçonné d'avoir conduit le camion qui a causé la mort de quatre personnes et fait 15 blessés en fonçant dans la foule sur une artère fréquentée de la capitale suédoise. Samedi, dix blessés étaient toujours hospitalisés, dont quatre dans un état grave, selon les autorités sanitaires. L'identité des victimes n'a pas été communiquée, mais le ministère roumain des Affaires étrangères a indiqué qu'une de ses ressortissantes comptait parmi les blessés. "Il a fait surface dans notre collecte de renseignement dans le passé", a dit lors d'une conférence de presse le directeur des services de renseignement Anders Thornberg, sans indiquer pour quels faits.

Bras dessus, bras dessous près de drapeaux suédois en berne, la foule a observé une minute de silence. Plusieurs voitures de police ont été fleuries par des Suédois anonymes.

" Nous savons que l'objectif de ce type d'attaque est de diffuser la peur et la haine dans la société et de nous effrayer mais la Suède s'est montrée sous son meilleur jour en nous aidant les uns les autres, en nous soutenant, en ouvrant nos maisons aux autres", a déclaré M. Löfven à la presse après avoir déposé des fleurs devant le grand magasin où le camion a fini sa course meurtrière.

Mikael Berggren, un Stockholmois de 36 ans, est venu avec ses deux enfants de trois et un an dire la nécessité de continuer à vivre normalement dans une ville généralement très sûre.

"C'était quelqu'un de discret, un peu en marge, qui ne se faisait pas remarquer". "Son comportement n'était pas négatif", a-t-il dit, précisant que l'homme ne parlait que quelques mots de suédois.

Recommande: