Les propos de Marine Le Pen suscitent de nombreuses critiques — Vel d'Hiv

11 Avril, 2017, 02:04 | Auteur: Aubrey Nash
  • La candidate du Front national à la présidentielle Marine Le Pen à Ajaccio le 8 avril 2017

Marine Le Pen a provoqué une polémique en affirmant dimanche lors d'une émission de télévision: "Je pense que la France n'est pas responsable du Vel d'Hiv" à Paris.

Mais, pour les bobos, cela ne se peut.

Sollicité pour réagir, Jo Weismann, l'un des rares rescapés du Vel d'Hiv, n'a pas souhaité dans un premier temps commenter cette saillie dont il suppose qu'elle a été proférée " pour essayer de gagner quelques voix ". " lui demande le journaliste".

Les réactions politiques ne se sont pas faites attendre. Pas en reste, le candidat des LR a sorti l'artillerie lourde lundi à l'aube: "Je trouve que le Front national est extrêmement mal placé pour parler de ces sujets, lui qui compte encore dans ses rangs beaucoup de nostalgiques du régime de Vichy ". " Est-ce si sûr?" Que ce soit les autres candidats, Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon, Nicolas Dupont-Aignan et Jean Lassale, ou l'Etat d'Israël, le Grand Rabbin de France, le Crif ou l'UEJF. Du coup, l'explication de texte sonne comme une reconnaissance d'une erreur, ou à tout le moins d'une maladresse. En affirmant que la légitimité de la France était à Londres, avec de Gaulle à l'époque, Marine Le Pen pousse la dédiabolisation à l'extrême.

Face à l'émoi, la présidente du parti d'extrême droite a précisé dans la soiréeque sa position faisait suite "à l'ordonnance du 9 août 1944, qui a frappé d'inexistence juridique le régime de Vichy, régime collaborateur et illégal".

Ces propos tenus dimanche par la candidate de l'extrême droite ont choqué la droite comme la gauche ainsi que des associations représentant la communauté juive. " L'historien rappelle, qu'ainsi qualifié, le premier Bureau politique du FN après sa fondation en 1972 aurait dû être amputé de la moitié des ses membres tant étaient nombreux ceux qui avaient approché de près ou de loin la Collaboration".

Marine Le Pen dans "Le Grand Débat" sur BFMTV et CNews, le 4 avril 2017. Mais rappelons quand même que, lors de la rafle du Vel d'Hiv, collaborent à la fois des agents de l'Etat français mais aussi ceux du Parti populaire français, dirigés par Pierre Barthélemy, qui participera dans les années 1970 à la création du FN.

Pour l'historien Laurent Joly, les propos de Marine Le Pen s'adressent "à la partie la plus extrémiste de son électorat" c'est-à-dire aux antisémites.

Ce dernier a par ailleurs rejeté tout amalgame sur les discours négationnistes de Jean-Marie Le Pen. Cette réponse que l'entourage du fondateur du FN a très vite considéré comme "l'erreur politique de sa vie " a marqué un coup d'arrêt à la progression des thèses du FN dans l'opinion.

Le président Les Républicains de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), Christian Estrosi, a estimé "qu'en niant la responsabilité de l'Etat français sur le Vel d'Hiv, Marine Le Pen rejoint son père sur le banc de l'indignité et du négationnisme". Preuve que même quand il change réellement, le FN au fond ne change jamais.

" Je pense que la France n'est pas responsable du Vél' d'hiv' ", a-t-elle déclaré à la télévision française, questionnée à propos du rôle qu'a joué son pays dans la rafle de juillet 1942. Mais elle en comment une en prenant le Vel d'Hiv comme exemple de ce qu'elle ne ferait pas.

Est-ce à dire que Marine Le Pen aurait raison lorsqu'elle déclare que "la France n'est pas responsable du Vel d'Hiv"? N'a-t-elle pas de ce point de vue commis une seconde erreur?

Une déclaration "contraire à la vérité historique", a aussi "condamné" Israël par la voix d'une porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères. Il n'y a rien de neuf là-dedans.

Recommande: