Interpellation à Saint-Pétersbourg de six recruteurs de "terroristes"

11 Avril, 2017, 02:24 | Auteur: Lynn Cook
  • L'entrée de la station Sennaya ploschad à Saint-Saint-Pétersbourg

Les enquêteurs russes ont identifié hier mardi l'auteur de l'attentat suicide, un homme de 22 ans originaire du Kirghizstan qui avait déposé une seconde bombe, désamorcée à temps. C'est la première fois que les enquêteurs font mention de l'EI.

Selon la police de la région kirghize de Och où il était né, Akbarjon Djalilov était revenu le 3 mars à Saint-Pétersbourg en provenance d'Och où vivent ses parents.

Les services secrets du Kirghizstan avaient indiqué que Djalilov était né dans la région kirghize d'Och, une zone qui a fourni un fort contingent de jihadistes à l'organisation État islamique (EI).

La partie kirghize n'a pas donné de photos du suspect et n'a pas dit qu'il était probablement l'auteur de l'acte terroriste perpétré dans le métro de Saint-Pétersbourg, a expliqué le Comité d'État de la sécurité nationale de la République Kirghize.

Dans la nuit de mardi à mercredi, ses parents ont atterri à Saint-Pétersbourg, a constaté une journaliste de l'AFP présente à l'aéroport. Selon les autorités kirghizes, l'homme de 22 ans vivait en Russie depuis 2011 et possédait la nationalité russe.

"Ils sont dans un état épouvantable", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police de la région d'Och, Zamir Sidikov.

Monaco, Dirar : "On a trop respecté le PSG"
Le Paris saint-Germain s'est adjugé treize des quatorze derniers titres nationaux. Peut être plus encore si le PSG ne soulève pas la Coupe de la Ligue ce soir.


Un service funèbre orthodoxe a été célébré à 09H00 GMT en hommage aux victimes.

Les corps des victimes vont commencer à être rendus à leurs proches, a indiqué le Comité d'enquête, qui a précisé que l'identité de l'une d'elles n'avait pas encore été établie.

Moins de 24 heures après l'attaque, Saint-Pétersbourg est en deuil et les drapeaux sont en berne dans le centre historique et touristique de la deuxième ville de Russie.

Cet attentat est un "défi lancé à tous les Russes, (.), y compris à notre président" Vladimir Poutine, avait réagi mardi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Une explosion s'est produite lundi dans une rame de métro reliant les stations Sennaïa Plochtchad et Tekhnologuitcheski Institout-2 à Saint-Pétersbourg. Et les rebelles islamistes du Caucase, notamment tchétchènes, ont multiplié les attentats depuis vingt ans sur le sol russe.

Le président du Kirghizistan, Almazbek Atambayev, a condamné l'acte terroriste qui visait des civils pacifiques et innocents.

Recommande: