Les Etats-Unis lancent des missiles sur une base syrienne

10 Avril, 2017, 00:49 | Auteur: Lynn Cook
  • Attaque chimique en Syrie: les Etats Unis frappent une base aérienne du régimePlus

La base aérienne d'Al Shayrat était utilisée par l'armée syrienne pour stationner des avions et entreposer des armes chimiques. Il a ajouté que les frappes "ne visaient pas la population".

Les Russes ont entre une douzaine et une centaine d'hommes sur cette base aérienne, selon les évaluations du Pentagone.

"Nous ne pouvons pas dire ici le rôle que les Russes ont pu jouer", a-t-il dit.

Les Russes avaient été prévenus de la frappe avant celle-ci par les Américains. "L'urgence pour le moment, c'est d'éviter toute nouvelle détérioration de la situation (.)".

Avant les frappes, l'ambassadeur russe à l'ONU Vladimir Safronkov avait averti des "conséquences négatives" en cas d'intervention militaire.

Selon le Pentagone, les services de renseignement américains ont établi que les avions qui ont mené l'attaque chimique contre la localité de Khan Cheikhoun étaient partis de cette base.

La première action militaire de Washington contre le régime de Bachar al-Assad en six ans de guerre a eu lieu trois jours après une attaque chimique présumée contre une ville rebelle du nord-ouest du pays qui avait choqué le monde, et pour laquelle le pouvoir syrien a été pointé du doigt.

L'agence de presse officielle syrienne a parlé de neufs civils tués, dont quatre enfants, et sept blessés dans des villages proches de la base.

Le président américain Donald Trump s'est exprimé de sa résidence de Mar-a-Lago en Floride où il recevait son homologue chinois Xi Jinping. "Il est d'un intérêt vital pour la sécurité nationale des États-Unis de prévenir et de dissuader la propagation et l'usage d'armes chimiques mortelles". "L'UE est profondément convaincue qu'il ne peut pas y avoir de solution militaire à ce conflit et est engagée en faveur de l'unité, de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'indépendance de l'Etat syrien", a affirmé hier la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini dans une déclaration au nom de l'UE. "Il y a également des dizaines de blessés", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. Le gouverneurs de la région de Homs annonçait des décès, vers 6 heures du matin (heure luxembourgeoise).

Et là, on comprend qui est le véritable bénéficiaire de cette réplique américaine à coups de 59 missiles tomahawk sur la base aérienne syrienne d'où sont partis les avions qui ont bombardé l'entrepôt.

L'opposition syrienne, à travers son porte-parole Ahmad Ramadan, s'est quant à elle félicitée de la frappe américaine et a appelé à la poursuite des bombardements pour "neutraliser la capacité" de l'armée syrienne à lancer des raids contre ses adversaires. Les messages encourageants encore relayées sur Twitter jeudi soir, notamment celui du Suisse Carl Skau indiquant que les "efforts continuent pour atteindre une unité au sujet d'une résolution forte et d'une condamnation ferme", précédaient l'annonce de la frappe par Washington.

Les frappes américaines ont fait des "morts", a annoncé le gouverneur de Homs, la province où elle est située.

"L'attaque que nous venons de mener en Syrie n'est que le début", a déclaré le président américain Donald Trump.

Mais la piste elle-même n'a pas été visée, a déclaré le capitaine Davis, contrairement aux indications fournies dans un premier temps par un responsable américain.

Les missiles américains ont délibérément évité l'endroit utilisé par les Russes, selon les militaires américains.

Son secrétaire d'Etat, Rex Tillerson, a renchéri soulignant que la frappe montre la volonté du président américain d'agir quand des pays "franchissent la ligne".

Recommande: