Attaque chimique présumée en Syrie: Poutine juge "inacceptable" d'accuser sans preuve

10 Avril, 2017, 01:42 | Auteur: Lynn Cook
  • Frappes américaines en Syrie agression contre un Etat souverain selon Poutine

Vladimir Poutine a réagi vendredi aux frappes aériennes américaines en Syrie, dénonçant une "agression contre un Etat souverain".

Le président russe Vladimir Poutine a jugé jeudi " inacceptable " d'accuser sans preuve le régime de Damas d'être responsable de l'attaque chimique présumée qui a fait au moins 86 morts en Syrie, selon un communiqué du Kremlin. "Cette action de Washington cause un préjudice considérable aux relations russo-américaines, qui sont déjà dans un état lamentable", a-t-il ajouté. "Dans le même temps, M. Poutine estime que la négligence des cas d'utilisation d'armes chimiques par les terroristes ne fait qu'aggraver la situation", a déclaré le porte-parole du Kremlin. Pour le président russe, "les frappes américaines en Syrie sont une tentative de détourner l'attention de la communauté internationale loin des nombreuses victimes civiles en Irak", où des raids aériens contre l'organisation Etat islamique (EI) à Mossoul ont tué des dizaines de civils fin mars, explique le porte-parole.

Suite à l'attaque chimique de mardi à Khan Cheikhoun, attribuée par l'Occident aux forces armées syriennes, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe ciblée contre la base aérienne syrienne de Shayrat.

La Russie a annoncé dans la foulée la suspension du mémorandum avec Washington qui visait à empêcher des incidents entre avions des deux pays en Syrie.

'Boss Baby,' 'Beauty' outshine 'Smurfs 3' at box office
The buddy comedy Going In Style , starring Morgan Freeman, Michael Caine and Alan Arkin, opened in fourth place with $12.5 million (£10.1 million).


La Russie a appelé, ce matin, à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU après ces frappes qui constituent selon elle "une menace à la sécurité internationale".

Autre allié du régime Assad, l'Iran a condamné "vigoureusement" les frappes. Dans une déclaration commune, François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, qui ont indiqué avoir été informés des intentions américaines, ont souligné que Bachar al-Assad portait "l'entière responsabilité" des récents développements.

Une porte-parole militaire a pour sa part indiqué que l'armée israélienne avait "été informée à l'avance par les Etats-Unis de l'attaque en Syrie qu'elle soutient totalement".

"Israël soutient totalement la décision du président Trump et espère que ce message de détermination face aux agissements ignobles du régime de Bachar al-Assad sera entendu non seulement à Damas, mais aussi à Téhéran, Pyongyang et ailleurs", selon son communiqué.

Recommande: