La Syrie s'invite au premier sommet Trump-Xi

09 Avril, 2017, 01:12 | Auteur: Lynn Cook
  • Commerce entre la Chine et les Etats Unis

"Etant donné le nombre et l'importance des questions, c'est peut-être ambitieux mais c'est un changement radical dans le rythme des discussions", a assuré Wilbur Ross à l'issue du premier entretien en tête à tête entre les dirigeants des deux premières puissances économiques mondiales.

Au menu des discussions: le programme nord-coréen et le déficit commercial américain, qui a valu à la Chine plusieurs volées de bois vert de la part du milliardaire républicain durant sa campagne électorale.

Alors que la visite de Xi Jiping à Mar-a-Lago se terminait, Rex Tillerson a également confirmé que Donald Trump a accepté l'invitation pour une visite officielle en Chine d'ici la fin de l'année.

"Donald Trump a indiqué que recevoir le dirigeant chinois était un " grand honneur ", il a cependant réaffirmé, sur Fox News, qu'en matière d'échanges commerciaux, les Etats-Unis n'avaient pas été traités " de manière équitable " par la Chine, avant l'arrivée de Xi Jinping. Any copying, republication or redistribution of Reuters content, including by framing or similar means, is expressly prohibited without the prior written consent of Thomson Reuters.

"Nous avons déjà eu une longue discussion et pour le moment je n'ai rien obtenu, absolument rien, mais nous avons bâti une amitié", a lancé le président américain, plaisantant sur ses talents supposés d'excellent négociateur en affaires.

Au premier rang des différends géopolitiques entre les deux puissances du Pacifique figure l'épineux dossier de la Corée du Nord, qui a encore défié cette semaine Washington et la communauté internationale en tirant un nouveau missile. Dans un entretien publié dimanche, le 45e président des Etats-Unis a laissé planer la menace d'une intervention militaire.

Selon des sources diplomatiques dans la capitale chinoise, M. Xi, qui a déjà stoppé les importations de charbon nord-coréen, conformément aux sanctions de l'ONU, pourrait offrir à Donald Trump de renforcer le contrôle des banques chinoises qui travaillent avec le régime de Kim Jong-Un.

En échange, il demanderait que les Etats-Unis adhèrent à la BAII (Banque Asiatique d'Investissement dans les Infrastructures), mise en place par Beijing, pour financer des projets de développement Asie et en Afrique et dans le but de détenir une alternative à la Banque mondiale.

Recommande: